Décret assouplissant pour des rythmes qui grattent : « Hamon - rythmes »

mercredi 4 juin 2014

 Un décret pour les Maires...

Le décret Hamon sur les rythmes scolaires est paru. Comme annoncé, il « assouplit » le décret Peillon. En fait, ce ne sont pas les rythmes scolaires qui sont assouplis (sauf expérimentation), mais la possibilité pour les mairies d’organiser les TAP   (Temps d’Activités Périéducatives). Car comme on le craignait, les rythmes scolaires sont devenus secondaires, simple variable d’ajustement pour les organisations municipales. Malgré le désir d’un syndicat d’amender le texte pour faire sauter le verrou des cinq matinées, le ministre heureusement a tenu bon ; mais il a infléchi son texte dans le sens des maires (encore une fois) en ouvrant la possibilité de regrouper tous les TAP   sur une après-midi. Ainsi, dans les communes où un tel choix serait fait, 3 journées de classe resteraient inchangées à 6h…

 ... qui oublie élèves et enseignants

On est donc bien loin de l’objectif initial, qui, ne l’oublions pas, visait à alléger la journée de l’élève. Mais l’élève a été oublié en cours de route. Sa journée de présence à l’école ne varie pas. Pire, quand on met le nez dans le détail des contenus des TAP  , on s’aperçoit que bien souvent, les équipes municipales ont manqué cruellement d’imagination et ont copié les contenus scolaires : initiation à une langue, informatique, musique et chant, arts plastiques, sport… C’est la double peine : la journée ne raccourcit pas, et les activités proposées sont du « scolaire bis ».

Si l’élève est oublié, que dire de l’enseignant ? Son emploi du temps a pris la consistance d’une pâte à modeler, étirable et saucissonnable par l’infinité des dispositifs inventés par les mairies et validés par la DASEN  . Pause méridienne à rallonge, plus de transport, plus de stress, plus de fatigue, ils n’ont souvent plus accès à leurs lieux et outils de travail après la classe. Pour les personnels remplaçants, c’est un casse-tête que le ministère a résolu de façon radicale par une annualisation du temps de travail scandaleuse. Pour les personnels enseignants sur plusieurs écoles, le casse-tête est à venir : à chaque rentrée, il faudra jongler entre les organisations différentes de chaque école pour arriver à avoir un emploi du temps de 24h. Au nom du sempiternel « intérêt du service », il est à craindre des abus ou des situations ubuesques : nous invitons tous les collègues à nous contacter en cas de problèmes.

Ne perdez pas de vue le seul responsable de cette situation : l’administration, qui a validé tout et n’importe quoi en matière d’organisation des écoles primaires. On pouvait espérer une fin rapide de cette comédie, faute de financement des TAP  , mais le lobby des maires a encore eu la main heureuse et le bras long : à genoux, Hamon donne une rallonge pour les communes les plus en difficultés. Mais ce décret, véritable créature de Frankenstein, reste sous perfusion, sans pérennité financière.

 Défondation

Pour SUD   éducation, pas de doute : ces textes doivent être retirés et un nouveau texte proposé, pour une journée, une semaine, une année allégée, vraiment. Et pour l’élève, et pour l’enseignant.
Le gouvernement défonde l’école, défendons-la !


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123