L’austérité n’est pas une fatalité

Grève et manifestation le 9 avril
mardi 10 mars 2015

PDF - 316.5 ko
Journal mars 2015

Les articles

- [*Personnels*] : Apologie du terrorisme ?
- [*Actualité*] : L’Education n’est plus une priorité de la République
- [*Actualité*] : Mineurs isolés étrangers : proscrire les tests d’âge osseux
- [*Actualité syndicale*] : Sud éducation fait son congrès national du 18 au 22 mai 2015 au Relecq Kerhuon
- [*2nd degré*] : A Brest, le collège Kerhallet lutte pour le droit à l’éducation
- [*2nd degré*] : Travailler plus pour gagner moins !
- [*1er degré*] : Premier degré - Mouvement, carte scolaire : toujours pire
- [*Personnels*] : Formation continue : Déplorable M@gistère


Edito

Le 9 avril prochain la CGT, FO, FSU et Solidaires appellent à la grève.
Ensemble, nous exprimerons ainsi notre refus de l’austérité, de la casse des services publics, des cadeaux aux patrons et actionnaires, de la détérioration de nos conditions de travail et de vie.
Ensemble, nous exigerons un autre partage des richesses que nous produisons par notre travail et qui sont aujourd’hui confisquées par les capitalistes.

Contre l’insatiable richesse...

Les inégalités sociales, les impasses de la politique d’austérité du gouvernement, la surenchère du MEDEF, ne peuvent rester sans réponse ni mobilisation nationale. Du pacte de responsabilité à la loi Macron, toutes les mesures prises par le gouvernement ne font qu’aggraver la situation de la grande majorité des salarié-es et favoriser la course au profit et à la rentabilité financière voulue par le patronat. La méthode autoritaire du gouvernement n’est là que pour cacher son absence de base sociale. A gouverner pour les patrons, le gouvernement nous impose l’austérité à marche forcée. Les inégalités sociales s’approfondissent de jour en jour.
— plus de 6 millions de chômeurs-euses,
— une précarité persistante avec un accroissement des CDD de moins d’un mois,
— 12 millions de personnes au seuil de pauvreté,
— des plans de licenciements qui continuent, des salaires qui stagnent, des services publics menacés.

Les chiffres mettent en lumière l’indécente concentration des richesses pour une couche de plus en plus restreinte de riches de par le monde.
En France, la fraude et l’évasion fiscale sont une perte sèche évaluée entre 60 et 80 milliards, autant de richesses produites par les salarié-es détournées dans les paradis fiscaux et la spéculation. Les dividendes versés aux actionnaires explosent, plus 30 % en 2014, soit plus de 56 milliards d’euros.
Et pendant ce temps, le gouvernement Valls/Hollande arrose les multinationales à coups de milliards via le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), recule devant les exigences du patronat, cède aux lois de la finance, bafoue le droit de l’environnement au profit des intérêts économiques.

... notre soif de justice sociale

La contestation et les résistances sociales montent dans plusieurs pays européens, dont la Grèce est aujourd’hui un symbole, face aux politiques anti-sociales. En France, des mobilisations ont lieu dans le privé comme dans le public, dans les localités, les branches, contre les licenciements, pour des augmentations salariales, pour préserver les moyens des services publics et améliorer les conditions de travail.

A partir de ces luttes, nous voulons construire les convergences indispensables pour inverser le rapport de force.
A partir de ces luttes nous voulons unir nos forces et exigences pour imposer une autre répartition des richesses et satisfaire les besoins sociaux les plus élémentaires fondés sur l’égalité et la solidarité.


Agenda

<<

2022

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois