Abrogation de la réforme des rythmes scolaires : Un combat toujours d’actualité

jeudi 24 septembre 2015

Faisant fi des échecs multiples constatés sur le terrain, le MEN s’acharne àessayer de montrer que la réforme des rythmes scolaires est bénéfique aux apprentissages, et àfaire croire qu’elle est avant tout pédagogique. Pierre angulaire de cette réforme, les PEDT (projet éducatif territorial) seront généralisés àpartir de cette année et ils conditionnent toute aide de l’Etat àleur adoption. Ceux-ci devront inclure un volet laïcité et citoyenneté et proposer aux élèves « un parcours scolaire cohérent ». On peut sérieusement douter de la crédibilité de ce dernier point quand on connait le bilan catastrophique de cette réforme.

Outre les emplois du temps farfelus avec des pauses méridiennes àrallonge, les activités périscolaires sont payantes dans certaines communes. Et dans d’autres elles se résument àde la garderie ou n’existent plus faute de moyens. Quant aux subventions promises, PEDT ou pas, les communes pionnières de cette réforme dès 2013 n’en ont pas encore perçu l’intégralité.

Ou est l’intérêt des élèves ?

C’est ainsi que le MEN prévoit d’articuler cette réforme àcelle des programmes de l’école primaire qui vient d’être présentée pour une mise en œuvre àla rentrée 2016. Pourtant, avec un volume horaire inchangé de 24h et des organisations hebdomadaires très variables d’une commune àl’autre, on voit mal comment la réforme des rythmes ne compromet pas la mise en place de celle des programmes. Il serait toutefois naïf de s’en étonner, ne perdons pas de vue le fait que l’unique préoccupation du ministre a été de soumettre le temps scolaire aux intérêts de l’industrie du tourisme, transposant ainsi le dogme gouvernemental de privilégier par dessus tout la croissance des marchés.

Ce calendrier scolaire est un scandale au regard des rythmes des élèves et des enseignants, qui devront travailler entre 10 et 12 semaines selon les zones dans la dernière période de l’année. Oubliée l’alternance des 7 semaines de classe et 2 semaines de vacances !

Sud   éducation réaffirme son opposition àcette réforme, mais aussi au statu quo pédagogique !

L’ouverture d’une réflexion plus large

Réformer les rythmes scolaires nécessite une réflexion plus large sur l’école avec :

  • une réduction des effectifs par classe
  • des programmes et contenus laissant du temps pour la manipulation, l’expérimentation
  • la possibilité d’un travail coopératif et d’une pédagogie de projet
  • un temps de travail pour les PE différencié du temps devant élèves pour une vision globale
  • une différenciation du temps et des activités selon l’âge des enfants
  • plusieurs PE par groupe élèves, renforcement du travail en équipe

Enfin, nous dénonçons le mépris et le manque total d’écoute dont le ministère a fait preuve jusqu’ici dans la mise en œuvre de son projet éducatif, tout en exigeant une formation àhauteur des attentes pour effectuer nos missions pédagogiques.


Agenda

<<

2018

>>

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301