Retour sur une non-formation

jeudi 3 novembre 2016

Sud   éducation a proposé aux enseignants de se retrouver en demi-journée d’information syndicale le mercredi 19 octobre.

Un des points abordé lors de la demi-journée d’information syndicale (outre magistère, les PPMS  , les APC, le refus d’inspection...) a été la non formation des 18 et 19 octobre.

Ci-dessous le compte rendu des échanges sur ce dernier point entre les enseignants présents ce jour-là.

Une vidéo est lancée, ça plante. A l’image de cette formation !

Il semble que les documents (les fameux « kits ») ont été préparés par les Conseillers Pédagogiques la semaine précédente, mais que l’administration ait bloqué leur diffusion pour ne pas qu’ils soient vus trop tôt par les personnels concernés… confiance, confiance… De plus, le site Toutatice, en travaux, a planté sous le nombre de connections, empêchant ainsi de nombreuses écoles d’accéder aux fameux kits.

Il ressort de cette « formation » que l’EMI (éducation aux médias et à l’information) s’oriente vers un tout numérique inquiétant, orientation impulsée par des directives européennes. Seuls les professeurs documentalistes seraient réellement formés pour cet enseignement… Les collègues se posent à juste titre la question de la pertinence du tout numérique, une décision venue d’ « en haut ». Ils déplorent l’absence de retours sur les concertations précédentes et les travaux qui ont été produits durant ces concertations : que sont-ils devenus ? Qu’en a fait la hiérarchie ?

En ce qui concerne le livret numérique : une version est prête, déjà consultée par certains collègues : délirant, très détaillée, très rigide pour certains, modulable au strict minimum pour d’autres… L’usage en sera-t-il souple au risque d’avoir quasiment un livret différent par école ou au contraire pas souple, avec des lignes et des lignes à remplir ? Quelle lisibilité pour les parents ? Il sera à paramétrer (qui ? comment ?) en décembre. Avec le problème de la liaison avec la 6ième, et la différence pas de notes en élémentaire, notes en collège. Pourquoi avoir imposé la réforme du collège à toutes les classes d’un seul coup, plutôt que d’étaler la réforme sur 4 ans ? On sent une hâte de fin de mandat.

En cycle 2 : l’autoformation n’est pas une formation, comme m@gistère.

Difficulté à se procurer les documents, à les dézipper. Elle porte sur Lire, écrire, langage oral. Beaucoup de documents à lire, de diaporamas, de vidéos. « On n’apprend rien, on reste dans l’entre soi de l’école ». C’est jugé infantilisant. Trop de documents à récupérer selon les directeurs, à imprimer. Cela relance la question de la simplification de la tâche des directeurs, qui a été traitée au niveau académique, mais qui ne semble pas appliquée : on reçoit toujours trop de mails, parfois en doublons, voire plus.

En cycle 1 : l’évaluation positive…

mais on zappe la maternelle pour revenir aux problèmes des ressources numériques : trop de portails de ressources, on ne sait plus où chercher l’information, surtout que certains sont créés sans que les ressources des anciens portails migrent sur les nouveaux, donc il faut jongler entre les uns et les autres, on s’y perd. Et certains enseignants ne sont pas à l’aise avec les nouvelles technologies.

La formation brille par son impréparation, son côté bricolage, dont une partie a reposé sur les directeurs (récupérer les docs, les imprimer, gérer les regroupements d’école ou pas…).


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois