Harcèlements, violences faites aux femmes...quand c’est non, c’est non !

jeudi 9 novembre 2017
par  sudeducation29

2017, mois d’Octobre, plus de 95 femmes sont mortes depuis le début de l’année sous les coups de leur conjoint ou leur ex-conjoint. 2017, mois d’Octobre, la télévision publique diffuse un téléfilm et un débat sur le viol. Le public apprend que la parole des victimes n’est souvent pas prise en compte, qu’il existe dans nombre de cas une correctionnalisation du viol, (le viol, un crime, doit être jugé aux Assises et non en Correctionnelle) 2017, un journal publie une enquête et des témoignages d’actrices sur des faits de harcèlements et agressions sexuelles et viols par un producteur américain très influent dans son milieu. 2017, sur les réseaux sociaux, des femmes dénoncent en 140 signes les violences sexuelles et le harcèlement qu’elles subissent au quotidien, la maltraitance dont elles sont victimes quand elles souhaitent porter leur affaire en justice, déchaînant sur elles de nouveau la haine sexiste ordinaire. 2017, malgré les campagnes des associations féministes d’accompagnement et de soutien des victimes, les violences faites aux femmes sont encore totalement banalisées par les médias et la justice. Pourquoi ? Parce que la perception de la violence à l’encontre des femmes n’est comprise que relevant de comportements individuels. Elle est pourtant la conséquence d’une construction sociale de la place des sexes dans notre société qui infériorise les femmes, dans le travail, la vie politique, la vie sociale, la vie privée. La sphère privée n’est pas imperméable à ce que la société véhicule, aux réactions des pouvoirs publics, de l’autorité judiciaire. Les associations féministes de solidarité avec les victimes estiment que seulement 10% des femmes victimes de viol portent plainte. Combien de femmes victimes de violences conjugales ayant appelé à l’aide sont restées sans réponse de la part de leur entourage ? Combien d’entre elles se sont vues répondre qu’il était pourtant tellement simple de quitter leur conjoint violent ? Combien d’entre elles se sont vues refuser une plainte au profit d’une main courante ? Combien de non lieux et de classements sans suite ? La justice ne sait pas recueillir la parole des victimes.

L’école est également le théâtre, des violences sexistes, verbales, physiques et symboliques, qui s’exercent contre les femmes.. Il y a beaucoup à faire pour déconstruire dans l’esprit des élèves les stéréotypes sexistes, pour garantir des relations plus égalitaires entre filles et garçons. Toute la communauté éducative doit s’attacher à cette mission.

Ne nous taisons pas devant des propos sexistes ! Ne laissons plus passer ces remarques sur nos lieux de travail, entre collègues ou entre élèves ! Mettons en œuvre des pédagogies antisexistes pour déconstruire les stéréotypes ! Brisons l’isolement des victimes de harcèlement par un soutien collectif ! Utilisons le Registre Santé Sécurité au Travail pour consigner les faits et les rendre visibles ! Saisissons toutes les instances possibles (CHSCT  , Défenseur des Droits, justice) !

Les initiatives organisées par le planning familial du Finistère dans le contexte de la journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux filles

A Brest 21 novembre : Restitution de l’enquête VIRAGE (violences et rapports de genre) à l’UBO pour lire le programme cliquer ici

22 novembre : Concerto pour salopes en viol mineur de la compagnie Divine Bouchère, amphithéâtre Guilcher de l’UBO, 19h30 info ici

25 novembre :

11h-15h affichage “porteurs de parole” Place de la Liberté Atelier d’auto gynéco pour mieux connaître son corps face les violences obstétricales , en après-midi inscription auprès du Planning café Le sexisme dans la presse au Béaj Café à 18h, lecture « #amoureuxtransi » et intervention d’Aurore Krol d’ Acrimed Rennes

2 décembre : lecture d’extraits du livre de Julie Denes « Une poule sur un mur » en présence de l’auteure, 11h à 12h30, Médiathèque de Bellevue

4 décembre : projection de « l’emprise » de C-M. Rome, 20h aux Studios

A Douarnenez 25 novembre : Place de l’Enfer A 17h : défilé de « mode » et lectures. A 18h : apéritif offert par la municipalité. A 19h : projection de « Parures pour dames » réalisé par Nathalie Joyeux.


Agenda

 

2017

>>

 

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123