Un IEN ne fait pas son boulot, et les instits trinquent : Ubu à l’Education nationale

lundi 16 novembre 2009

En 2008-2009, une trentaine de professeurs des écoles ont été inspectés par Mr Marbaud, alors IEN   sur la circonscription de Morlaix 2 (Centre Finistère). Jusqu’à la fin de l’année scolaire, on les a fait patienter en leur disant que les rapports d’inspection allaient arriver, mais l’inspecteur est parti (ayant obtenu sa mutation pour la Loire-Atlantique), et toujours pas de rapports …. Les enseignants ont commencé à s’inquiéter à la rentrée, se rendant compte qu’ils n’étaient pas seuls dans ce cas. Quatre rapports d’inspection datant de novembre 2008 ont fini par arriver, quatre autres seraient récemment arrivés à l’Inspection Académique, mais il semblerait que les autres rapports ne viendront jamais.

Un collectif s’est créé

Les enseignants, et notamment ceux qui sont nouvellement en poste (appelés T2) et qui n’ont pas encore de note, s’inquiètent des répercussions qu’aurait ce retard sur leur avancement d’échelon.

Sur les conseils de l’Autonome de Solidarité, ils ont créé un collectif et ont envoyé une première lettre à l’Inspection Académique, puis une seconde en octobre pour une demande d’audience avec l’IA  , toujours sans réponse à ce jour.

Une proposition inacceptable

L’administration a proposé aux enseignants concernés, dans un premier temps, de leur « prêter » une note pour la prochaine CAPD  , mais sans la régulariser ; dans un deuxième temps, de se faire réinspecter avant la fin de l’année civile. Pour cela, l’Inspectrice d’Académie a demandé à chaque IEN   du département d’aller inspecter 2 à 3 collègues sur la circonscription de Morlaix Centre-Finistère.

A la veille des vacances de Toussaint, ce qui leur laissait très peu de temps pour s’organiser, les enseignants ont reçu individuellement un courrier de l’IA   leur signalant qu’ils se feraient réinspecter en novembre-décembre. Les réinspections ont débuté dès la rentrée des vacances de Toussaint.

Mais est-ce vraiment aux enseignants, en subissant une inspection supplémentaire, de payer pour les carences professionnelles d’un inspecteur que l’administration essaie de couvrir ?

Sud   Education revendique un avancement identique pour tous, mais ne peut accepter, dans cette situation précise, que les personnels soient victimes des erreurs de leur hiérarchie.

Refuser cette inspection supplémentaire et faire valoir ses droits

Selon les textes qui régissent l’inspection, « le rapport d’inspection est adressé à l’enseignant dans un délai d’un mois », l’Inspecteur(trice) d’Académie étant chagré(e) d’attribuer la note.

Les textes n’ont donc pas été respectés par l’administration ; ce n’est donc pas aux enseignants de subir les conséquences des fautes de celle-ci, mais au contraire, ils sont en droit d’exiger une note en temps voulu, c’est-à-dire avant la prochaine CAPD   (le 17 novembre).

Sud   Education 29 soutient les enseignants qui refuseront cette seconde inspection et feront valoir leurs droits en exigeant la note à laquelle ils avaient droit à l’issue de leur première inspection. L’administration doit assumer ses dysfonctionnements et se débrouiller pour récupérer les rapports des instituteurs(trices) inspecté(e)s l’année dernière.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois