Evaluations CE1 et CM2 : Sur le devant de la scène

lundi 16 novembre 2009

Un rapport émanant d’un groupe de travail UMP et daté d’octobre 2009 repose la question des évaluations dans l’enseignement primaire.

Mises en place en CM2 et en CE1au cours de l’année scolaire 2008/2009, elles ont suscité nombre de réactions aussi bien du côté des enseignants que des parents d’élèves. Les principales critiques évoquées lors du passage de ces évaluations tenaient autant de la forme (manque d’informations préalables, modalités d’organisation, calendrier controversé, exploitation des résultats...) que du fond (niveau d’exigence élevé, système de notation, place de la liberté pédagogique).

Le syndicat SUD   éducation 29 a alors soutenu tous les collègues qui ont refusé le dispositif de ces évaluations nationales.

Pourquoi le refus ces évaluations ?

Refuser ces évaluations nationales, c’était s’opposer :

  • à la publication des résultats et à la mise en concurrence des élèves, des enseignants et des écoles
  • à la stigmatisation des élèves en difficulté
  • au mode de notation binaire et au bachotage
  • aux stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires, à l’aide personnalisée hors temps scolaire et à la suppression des RASED
  • à la remise en cause du travail d’équipe du fait de la prime de 400€. Prime qui par ailleurs, il est important de le noter, est réapparue à la rentrée, mettant en porte-à-faux les directeurs qui ont fait le choix idéologique de ne pas remonter ces résultats, et se trouveraient ainsi éventuellement responsables du non-versement de cette prime à leurs collègues (SUD   Education 29 dénonce cette pression, qui fait supporter aux seuls directeurs les conséquences d’un choix d’équipe.)

Un rapport UMP (im)pertinent

Dans la première partie du rapport du groupe de travail UMP les difficultés évoquées ci-dessus sont largement reprises (et souvent de façon fort pertinente), et permettent de tirer quelques enseignements généraux : nécessité d’une concertation approfondie avec l’ensemble des acteurs, clarification des objectifs poursuivis, afin que ces évaluations deviennent un véritable outil de « pilotage » pédagogique.

Sud   éducation s’interroge : s’agit-il d’évaluation-diagnostique ou d’évaluation-bilan, et que signifie ce mot « pilotage » ?

Dans une seconde partie arrivent donc les propositions pour améliorer la mise en œuvre de ces évaluations. Et parmi ces propositions, deux d’entre elles retiennent particulièrement notre attention et ne manquent pas de nous inquiéter :

  • proposition numéro 10 : « Intégrer ces évaluations au projet d’école en revalorisant le rôle du directeur » (remarque : on voit poindre le changement de statut des directeurs/trices d’école)
  • proposition numéro 14 : « Mettre en place un système indépendant chargé de l’évaluation du système ». S’agit-il de la conception ou de la passation des ces évaluations ? sachant qu’aucune des deux ne nous agréera…

Question : s’agit-il d’une officine privée ? Les enseignants seront-ils associés à ce travail des plus pédagogiques ?


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois