Le 5 février, grève interprofessionnelle et intersyndicale

jeudi 31 janvier 2019

Depuis novembre la colère sociale que nous sentions bouillir depuis plusieurs mois s’est répandue dans le pays. Elle porte principalement des exigences de justice sociale et fiscale dans un contexte où les inégalités et l’accaparement des richesses par quelques un-es deviennent tout simplement insupportables à une large majorité de la population.

Cette colère est juste face à une violence sociale qui plonge un grand nombre d’entre nous dans une immense précarité. Elle est juste face à un débat confisqué depuis de trop nombreuses années par les néolibéraux de toutes chapelles. La réponse ne peut pas être la violence des forces de maintien de l’ordre qui a déjà fait de trop nombreux mutilé-es et blessé-es. La réponse ne peut pas être non plus de tenter de noyer le poisson dans un faux débat qui pose en postulat de ne rien changer à l’ordre économique actuel.

La responsabilité du mouvement syndical est importante et il se doit de poser des actes forts. Depuis plusieurs mois, Solidaires propose aux autres organisations de s’unir sur des bases revendicatives fortes et de construire une grève générale reconductible pour peser dans le rapport de forces et arracher des augmentations de salaire et des droits sociaux. Même si l’union reste difficile nous ne souhaitons ni tomber dans la posture, ni renoncer à la construire.

Dans l’éducation nationale Au mois de décembre, les lycéen-ne-s se sont fortement mobilisé-e-s, rejoint-e-s ici et là par des enseignant-e-s. Des personnels se regroupent et expriment un fort mécontentement face à leurs conditions de travail et au mépris de la hiérarchie. Dans différents endroits, des lycées se mobilisent, s’organisent et se coordonnent pour lutter contre les réformes, notamment à Brest et à Douarnenez où un collectif d’enseignants s’est créé. Dans les universités, une mobilisation se construit contre la hausse des frais d’inscriptions des étranger-e-s extra-communautaires.

Dans ce contexte, la journée du 5 février doit être un levier d’ampleur. Mais tout le monde le sait, cela ne sera pas suffisant pour faire plier le gouvernement. Elle doit servir de point d’appui pour amplifier encore le mouvement. Pour SUD   éducation, il s’agit donc de construire le rapport de force par la grève, dans l’unité, et dans la durée, en mettant en débat la grève reconductible dans les assemblées générales.

Contre les réformes Blanquer
Contre les suppressions de postes
Pour des moyens dignes du service public d’éducation
Pour une politique de justice sociale

Solidaires, la CGT et FO appellent à la grève et à manifester le mardi 5 février à :

  • BREST : 10h30 Place de la Liberté
  • CARHAIX / ROSTRENEN : 11h00 Place du champ de foire.
  • MORLAIX : 10h30 Place des otages.
  • QUIMPER : 10h30 devant le MEDEF au 5 rue Félix Le Dantec
  • QUIMPERLE : 10h30 PLACE JEAN JAURES

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois