Climat, biodiversité : l’urgence à agir

jeudi 23 mai 2019

SUD   éducation soutien la jeunesse en grève le 24 mai

Le réchauffement climatique est un problème majeur posé à l’humanité toute entière. Et la crise s’aggrave. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. La Terre se réchauffe. Les calottes glaciaires fondent. Les catastrophes climatiques se font plus fréquentes, plus intenses. Les écosystèmes sont menacés et les réfugiés climatiques déjà une réalité. Notre planète se dérègle, c’est incontestable, et l’être humain est responsable, les scientifiques sont unanimes. Un peu partout en Europe, lycéens et étudiants se mobilisent pour des politiques d’ampleur face au réchauffement planétaire. Le collectif à l’origine des manifestations en France appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 24 mai, deux jours avant les élections européennes.

Sud   éducation soutien cette initiative.

Pour permettre aux personnels qui le souhaitent de participer aux initiatives, SUD   éducation a déposé un préavis de grève couvrant tous les personnels de l’Education nationale. SUD   éducation revendique un mode de développement en rupture avec la logique productiviste : cesser la course irrationnelle à la croissance et partir de la satisfaction des besoins sociaux. Justice sociale et justice climatique sont intimement liées.

Pour un mode de développement en rupture avec la logique productiviste

SUD   éducation, avec son Union syndicale Solidaires, revendique :

  • Le financement d’un programme de réduction du transport routier par le développement du ferroutage et par une amélioration des transports collectifs, y compris par la gratuité, ainsi que le développement des lignes ferroviaires secondaires.
  • La taxation de l’aérien et du fret maritime, des voitures de luxe ; la taxation du transport routier polluant par camions.
  • La sortie des énergies fossiles.
  • Une véritable fiscalité écologique qui doit s’inscrire dans une politique publique globale favorable à l’environnement, basée sur le principe pollueur/payeur, qui réduise les inégalités, qui finance l’action publique à la hauteur des besoins sociaux et qui pour être légitime, doit comporter le moins d’exonérations possibles.
  • Le plafonnement des loyers et lutte contre la spéculation immobilière : la hausse du coût du logement pousse les habitantes loin des centres-villes et les contraint à utiliser des moyens de transports individuels.
  • La fin des grands projets inutiles, coûteux et néfastes pour notre environnement, projet de CenterParc dans la forêt des Chambarans, site d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, ligne TGV LyonTurin, Europacity à Gonesse, la centrale à gaz de Landi…

Et dans notre secteur !

Particulièrement dans notre secteur, SUD   éducation revendique :

  • Une véritable prise en compte de la question écologique dans les programmes scolaires. SUD   éducation revendique que les programmes permettent d’étudier l’impact du capitalisme et de ses structures sociales, et ne se contentent pas d’injonctions au changement des comportements individuels.
  • La réalisation de bilans énergétiques et plans d’isolation des bâtiments
  • Un programme concerté de réduction énergétique et de la consommation en eau
  • Des outils pour mettre en place le recyclage des déchets
  • Le renforcement des filières locales et bio dans la restauration scolaire
  • Des recrutements massifs de titulaires remplaçantes dans les premier et second degrés afin de limiter leurs déplacements
  • La prise en compte des risques environnementaux par les CHSCT   et notamment une véritable campagne de désamiantage des établissements scolaires dans le cadre de l’application du Plan amiante relancé en 2016 et une prise en charge des personnels exposés avant 2021
  • La mise en place des mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs-ses exposé-e-s au radon (visite médicale, information des personnels, mesures techniques telles que système de ventilation, ouverture des fenêtres...)
  • Un vrai plan de formation professionnelle orienté vers les nouveaux métiers : inscription dans le cursus obligatoire en lycée agricole de la formation à l’agriculture biologique, permaculture, etc.., dans les filières du bâtiment renforcer la formation à la rénovation énergétique, à l’isolation du bâti, matériaux écologiques, énergies renouvelables etc.

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112