Echec pour les stages de remise à niveau !

samedi 6 mars 2010

Rappelons rapidement en quoi consistent les SRAN   (Stages de Remise A Niveau) :

Ces stages doivent concerner les élèves de CM1 et CM2 du département qui rencontrent de grosses difficultés au niveau des apprentissages. Notons que ces stages dans le 1er degré ont leur équivalent dans le 2nd degré mais que n’avons aucun bilan départemental de ces dernier. Il y a trois sessions d’une durée de 15 h (3 heures par jour sur 5 jours) et cela durant les périodes de vacances scolaires (une semaine aux vacances de Pâques, une semaine début juillet et une autre fin Août). Ces stages sont encadrés par des professeurs des écoles volontaires payés en heures supplémentaires défiscalisées (ce qui est un argument de vente pour l’administration auprès des personnels). Ce sont les équipes enseignantes qui proposent aux parents de certains élèves de suivre ces temps.

Dans le Finistère, la mise en place de ce dispositif est un échec

Nous devons nous réjouir de cette nouvelle. En effet l’année passée, seuls 75 enseignants ont participé à l’organisation de ces stages, sachant que certains ont été comptabilisés deux fois, voir trois car ils ont participé à deux voir trois sessions et sachant que nous sommes plus de 3000 collègues sur le département.

  • En juillet 2009 ? 21 enseignants du public pour 87 élèves.
  • En août 2009 ? 24 enseignants du public pour 109 élèves.

Pourquoi ces stages sont dangereux pour l’école et quelles sont les dérives possibles :

  1. Pour les élèves qui rencontrent de grosses difficultés d’apprentissage, c’est leur faire croire, ainsi qu’à leur famille, que 15 heures de stage vont changer les choses. Pour nous la réponse adaptée, c’est un enseignant supplémentaire par école qui puisse, sur le temps scolaire, aider dans la classe ces élèves et des équipes de RASED en nombre suffisant. Sinon on laisse croire que les nouveaux dispositifs proposés (aide personnalisée et stages de remise à niveau) permettront de traiter la grande difficulté et réduiront ainsi l’échec scolaire. C’est parce que les membres du RASED côtoient quotidiennement la difficulté scolaire qu’ils sont à même de déclarer ces dispositifs inadaptés.
  2. Certains Inspecteurs pour augmenter le nombre d’élèves participants à ces stages utilisent différents procédés :
    • Certains IEN   menacent de refuser des redoublements en fin de CM2, si les enseignants n’on pas proposé à cet élève et à ses parents de participer à un SRAN  .
    • D’autres « incitent » certains collègues à proposer des élèves pour que ces stages aient lieu même si cela ne se justifie pas. En effet la participation aux SRAN   est un des indicateurs retenu pour l’évaluation dans le cadre de la LOLF  . Et quand on lit les « mauvais » résultats du Finistère concernant cette fréquentation, nous pouvons penser que l’IA   pousse les IEN   à faire que cet indicateur soit « moins mauvais » pour notre département. Ceci explique cela.
  3. L’existence de ces stages est une grave remise en cause du temps de travail des enseignants. Qui nous dit que le ministère ne va rendre obligatoire pour tous les collègues la participation à ces stages et ceci inclus dans notre temps de travail, et donc sans primes … ?

Sud   Education appelle les collègues à refuser de participer à cette mascarade pédagogique et à ne pas participer à ce dispositif.

Sud   Education revendique :

  • une diminution des effectifs par classe.
  • un enseignant supplémentaire par école pour permettre la mise en place d’organisation pédagogique visant à aider tous les élèves durant le temps scolaire.
  • la prise en charge des enfants en difficulté par des personnels qualifiés, spécialisés, et titulaires, avec des mesures pédagogiques adaptées et sur le temps scolaire ainsi qu’une augmentation du nombre d’équipes de RASED.

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois