Prof-bashing

jeudi 11 juin 2020
par  sudeducation29

Après avoir laissé les profs tenir seuls l’école pendant le confinement, le ministre n’alimenterait-il pas la campagne médiatique contre les enseignants pour masquer son incapacité à gérer la crise ?

Une campagne de dénigrement des personnels enseignants a cours dans un certain nombre de media depuis quelques jours. Aujourd’hui, c’est au tour du ministre Blanquer lui-même de livrer les personnels à la vindicte populaire.

Le ministre a ainsi pu déclarer qu’une partie des personnels “n’a pas été à la hauteur”, et que leurs manquements sont “sanctionnables”.

Comme à son habitude, Blanquer use de trois registres pour essayer de faire oublier son incapacité à gérer correctement la crise sanitaire : paternalisme, infantilisation et autoritarisme.

Des « profs décrocheurs » il y en peut-être eu. Mais on ne saura jamais combien parce qu’on ne pourra jamais évaluer réellement le travail fait durant ces deux mois de fermeture. Et on ne pourra pas reprocher un manque de travail quand soi même comme employeur on n’a rien été capable de faire durant deux mois (comme par exemple fournir des outils de travail).

Pendant la période de confinement, les enseignant-e-s se sont massivement porté-e-s volontaires pour accueillir les enfants de personnels soignants et des services publics vitaux. Ils et elles ont, avec leur propre équipement, continué massivement également à maintenir le lien avec les élèves malgré l’absence d’outils, de formation, et d’organisation de la part de l’administration. Le ministre clamait haut et fort qu’il était “prêt”, alors que les services en ligne (espaces numériques de travail, classes virtuelles, etc.) se sont révélés largement défaillants.

Depuis la réouverture des écoles et des établissements, les mesures du protocole sanitaire ( distanciation physique, désinfection permanente...) nécessitent de limiter les effectifs dans des bâtiments trop exigus. Dans ces conditions, de nombreux personnels sont invités à maintenir l’activité à distance. Le ministre et certains media font semblant de l’ignorer. Et si des enseignant-e-s n’ont pas pu retourner dans leurs établissements scolaires ce n’est pas par “fainéantise” mais parce que certain-e-s d’entre elles et eux sont des personnels à risque. A l’inverse, rien n’est dit sur le fait que beaucoup d’enseignants, une majorité dans le premier degré, cumulent d’ailleurs l’enseignement en distanciel et en présentiel alors qu’ils ne sont pas obligés de le faire.

Le ministre Blanquer n’a pas un mot pour défendre les personnels face à la mise en cause de leur professionnalisme. Il n’a pas non plus un mot pour les personnels qui ont contracté le virus en retournant au travail dans des conditions sanitaires déplorables, dont il est responsable en dernier ressort.

Cette campagne médiatique en plus de dénigrer les enseignants, sert aussi une carrière politique. Il faut faire oublier l’impréparation, le moment de bascule où l’Ecole a continué sans le ministre par une renaissance spontanée et foisonnante sur le terrain.

Les personnels n’ont pas de leçon à recevoir d’un ministre qui quelques heures à peine avant la décision prise par le gouvernement de fermer les écoles et les établissements au public, exigeait encore que les agent-e-s se rendent sur leur lieu de travail. Régulièrement avant le confinement, tout comme depuis, les annonces ministérielles qui se sont multipliées se sont révélées floues, contradictoires, voire mensongères, et anxiogènes tant pour les personnels que pour les élèves.

Et le ministre de persister dans l’irresponsabilité en menaçant de sanction les personnels...

Pour SUD   éducation, les propos du ministre de l’Éducation sont indignes. Il doit les retirer.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois