Une rentrée pas comme les autres dans une école éprouvée

dimanche 6 septembre 2020

Le ministre prétend lutter contre les inégalités scolaires renforcées par la période de confinement en mettant en place des « vacances apprenantes », « l’école ouverte », pour permettre aux élèves dits décrocheurs de rattraper le retard accumulé dans certaines matières jugées essentielles. Que d’effets d’annonce ! Tout ça entretient l’idée qu’il n’y a pas vraiment besoin de formation pour être enseignant.e et que l’éducation nationale donne les moyens à tous.tes de réussir. Si c’était le cas nous aurions des RASED, des AESH (formé.e.s et non précaires), 15 élèves par classe, du budget, du matériel... Le gouffre culturel entre les élèves est là au quotidien, la baisse constante des moyens ne font que l’accentuer.

L’école en miettes

Nous refusons cette vision de l’école du tout numérique, évaluative (évaluations nationales, E3C) qui ne fait qu’accroître l’anxiété tant des élèves que des personnels. Nous refusons aussi la mise en place des 2S2C (sport, santé, culture, civisme) qui opèrent une hiérarchisation dans les savoirs et exclut de l’école certaines disciplines (EPS, Arts plastiques, Éducation musicale, etc…) qui sont pourtant essentielles notamment dans la lutte contre les inégalités et la formation d’un esprit critique. Dans sa communication de rentrée, le ministre Blanquer promet, contre l’évidence, « Une rentrée la plus normale possible » .

Trop d’incertitudes

Il a finalement confirmé l’obligation du port du masque pour les élèves de plus de 11 ans et pour l’ensemble des personnels. Mais les personnels, élèves et familles attendent toujours des réponses sur des questions essentielles : protocole à suivre en cas de dépistage ou de suspicion d’un cas de Covid, situation des personnels à risques, brassage des groupes, restauration scolaire. Comme d’ordinaire, le renvoi au local est la norme. La responsabilité juridique retombe ainsi sur les chef.fe.s d’établissement… et les directeurs/trices
Le ministre continue à mentir en affirmant que tout est prêt en cas de reconfinements locaux : aucun élément sur l’organisation des enseignements dans ce cas de figure, pas de formation ni de matériel informatique pour les personnels.

Pour SUD éducation, la priorité doit bien être donnée à un retour à l’école de l’ensemble des élèves, dans le cadre de garanties sanitaires et d’une organisation qui fasse sens sur le plan pédagogique. L’objectif est d’éviter un reconfinement généralisé, et de compenser les inégalités scolaires qui se sont accrues depuis mars dernier. Articuler les garanties sanitaires et les besoins en terme pédagogiques implique un changement radical de politique : baisses d’effectifs en classe, créations de postes, aménagement des locaux : SUD éducation revendique depuis le printemps un plan d’urgence pour l’éducation.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois