Enseignant.e.s non-remplacé·e·s : c’est ça le nouveau dispositif "Plus de Classes Que de Maîtres" ?

samedi 5 décembre 2020

Alors que tout montrait, dès l’an dernier, que l’épidémie de covid-19 ne cesserait pas aux vacances d’été, l’Éducation nationale, de façon scandaleuse, s’est refusé à tout recrutement. Cette année, ce sont les élèves et les personnels qui en font les frais. Les postes de remplaçant·e·s, invisibles le jour de la rentrée, n’en sont pas moins essentiels. S’ils étaient déjà trop peu nombreux, la situation est désormais encore plus critique. Dans plusieurs établissements, les élèves se trouvent sans enseignant·e pendant parfois plusieurs jours. Afin de limiter les brassages entre classes, des classes entières sont installées dans des couloirs des écoles, sous la surveillance de collègues déjà fatigué·e·s et responsables de leur propre trentaine d’élèves. Ce sont parfois les AESH qui se voient contraint·e·s de délaisser les enfants qu’elles/ils accompagnent pour assurer un rôle à mi-chemin entre surveillance et enseignement.

Dans le second degré, les remplacements de moins de 15 jours n’étant jamais assurés, le manque de remplaçant·e·s se fait également sentir, laissant des classes entières sans enseignement. Dans les écoles comme dans les établissements du secondaire, l’État manque à son devoir de garantir à tou·te·s les élèves une éducation de qualité.

La précarité comme seule réponse

L’Éducation nationale parle maintenant de recrutements en urgence. Cette solution n’est pas satisfaisante à trois titres. Premièrement, elle arrive bien trop tard et démontre à nouveau l’incurie de notre hiérarchie. Deuxièmement, les personnels recrutés le seront sous le statut de contractuel, dont on n’aura de cesse de rappeler la grande précarité. Sud Éducation rappelle ses revendications : la titularisation de tous les personnels. Enfin, aucune formation ne sera dispensée à ces nouveaux personnels, qui se retrouveront en charge d’une classe sans y avoir été préparés. Si la DSDEN se défend en invoquant les entretiens préalables au recrutement, personne n’est dupe de la souffrance qui résultera de ce manque de formation.

Et dans vos établissements ?

Sud Éducation invite tous les personnels à faire remonter les dysfonctionnements et en particulier les non remplacements au sein de leur établissement aux organisations syndicales. C’est grâce à vous que l’on peut faire remonter l’information dans les instances et auprès de la DSDEN.


Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois