Brest : ils ferment nos écoles !

lundi 17 mai 2010

SUD   éducation 29 réaffirme sa volonté de défendre les services publics de proximité violemment menacés aujourd’hui par la politique du gouvernement, par une logique de rentabilité et par des choix politiques à court terme. Et aujourd’hui, c’est Brest qui en subit gravement les conséquences : mais le coupable n’est pas à rechercher du coté de la rue de Grenelle ou de Bercy. C’est la municipalité brestoise qui a décidé de fermer les écoles maternelles de Madelaine Porquet, Levot et Valy Hir.   Sur le fond, pourquoi fermer ces petites écoles ? Les écoles n’ont aucunement vocation à être rentables et participent à la vie d’un quartier. En les supprimant pour créer de grandes structures avec des effectifs plus importants, la qualité du service d’éducation est fortement diminuée et le lien social particulièrement fragilisé. Pour les parents, ces fermetures vont engendrer des contraintes quotidiennes : devant ces difficultés, quel n’est pas le risque d’une baisse de l’assiduité scolaire des enfants de maternelle ? Ou que des parents se tournent vers l’enseignement privé ?

Sur la forme, nous dénonçons ce choix qui s’est fait sans aucune concertation ni transparence. Le 7 avril au matin, 2 jours avant les vacances, les écoles se sont retrouvées mises devant le fait accompli : 3 écoles seraient fermées à la rentrée prochaine. Comme par hasard, ces décisions sont tombées juste après les élections régionales.

Une méthode inacceptable !

La forme de l’annonce de la décision a été un traumatisme pour les membres de la communauté éducative : alors qu’aucun signe avant coureur n’avait circulé, alors qu’aucune concertation préalable n’avait été engagée, parents et personnels ont découvert avec stupéfaction la fermeture de leur école par voie de presse. De telles méthodes d’annonces ne sont-elles pas dignes des « patrons voyous » ? Il n’y a eu aucune instance consultée (CTP  , conseil d’école) et la mairie s’est comportée comme si les élus étaient infaillibles et la décision irrévocable. (On est loin du respect)Ce n’est pas ça le respect de la démocratie sociale chère à la gauche.

Depuis, l’élu à la politique éducative locale a reconnu une erreur politique dans la brutalité de l’annonce de la décision. Pour tirer les conséquences de cette erreur, la majorité municipale brestoise se doit d’accorder un moratoire d’un an et de surseoir à la fermeture de ces trois écoles : un an pour pourvoir s’organiser au quotidien ! Un an pour préparer les enfants à une nouvelle classe, dans une nouvelle école ! Là dessus, les parents se sont vu opposer un silence assourdissant !

Encore des pertes de postes pour Brest ?

Le risque est considérable aujourd’hui que l’Inspectrice d’académie profite de ces fermetures d’écoles pour ne pas redistribuer sur la ville les sept postes implantés dans les écoles fermées. Les regroupements des enfants sur les écoles environnantes vont permettre des économies d’échelle puisque les classes seront encore plus chargées. Alors que la ville de Brest qui perdait des postes à chaque carte scolaire, était relativement épargnée cette année, on peut craindre que ce soit une nouvelle opportunité pour l’IA   de supprimer des postes à la rentrée. Là encore, un moratoire aurait permis de s’attacher quelques garanties.

[*SUD   éducation appelle les citoyens attachés au service public à continuer d’exiger un moratoire sur les fermetures d’école.*] D’ores et déjà, nous serons de la plus grande vigilance sur le fait que les 7 postes supprimés suite aux fermetures soient bien redistribués sur la ville.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois