Dans la rue pour nos retraites ! Tous et toutes en grève le 27 mai

lundi 7 juin 2010

Journal de mai 2010

 Les articles

  • [*1er degré*] : Brest : ils ferment nos écoles !
  • [*2nd degré*] : Heures supplémentaires : Résistons collectivement pour créer des postes
  • [*Actualité*] : 1er mai sur le boulevard Le Pen ?

     Edito

    Pourquoi faire grève le 27 mai ?

Le gouvernement prépare une grave remise en cause de nos droits à la retraite. Refusant de s’attaquer aux profits faramineux des actionnaires, il entend faire payer les salarié-e-s : remise en cause de la retraite à 60 ans, forte diminution des pensions, voilà le projet du gouvernement et du patronat !
Ils utilisent la « crise grecque » pour effrayer et justifier un plan de rigueur, c’est-à-dire d’autres attaques contre les salarié-e-s, les retraité-e-s, les chômeurs/ses, les jeunes, … pour maintenir et même grossir les bénéfices des entreprises et la richesse des plus riches !

Le vieillissement de la population ne rend il pas inéluctable une réforme des retraites ?

Ils affirment que c’est inéluctable pour deux raisons : l’espérance de vie augmente, il y a de plus en plus de retraité-e-s, et il n’y a pas d’argent pour financer le système de retraite. Ils mentent. Ils oublient volontairement de nous dire que le taux de fécondité en France (presque 2 enfants par femme) est le plus élevé en Europe et que cela change radicalement la donne pour les 20 ans à venir.
L’augmentation de l’espérance de vie est un phénomène très progressif mais qui dure depuis des siècles. N’est-ce pas le sens de l’histoire, du progrès humain, que de bénéficier de quelques années supplémentaires de retraite, si nous vivons un peu plus vieux qu’auparavant ? Sans oublier toutes celles et tous ceux qui meurent au travail ou usé-e-s par le travail, et n’atteignent pas la retraite…

Et la crise, il faut bien en tenir compte non ?

Ils ont sauvé les banques et les actionnaires. Et si maintenant on pensait aux infirmiers, aux caissières, aux métallos, aux secrétaires, aux enseignants, aux chômeurs, aux cuisiniers, aux étudiantes, aux cheminots, aux femmes de ménage, aux retraités, aux routiers, aux fonctionnaires, aux livreurs de pizzas, aux maçons, … ?
Le Conseil d’Orientation des Retraites estime qu’en 2050 le besoin de financement des régimes de retraite serait de 115 milliards d’euros. Mais le bénéfice des seules entreprises françaises du CAC 40, uniquement pour les années 2007 à 2009, c’est … 212 milliards d’euros. Et il n’y aurait pas d’argent pour nos salaires et nos retraites ? Il est temps d’imposer une vraie répartition des richesses.

Une grève de 24h ça va nous avancer à quoi ?

Plusieurs millions de grévistes du public et du privé sur des questions liées aux retraites, à l’emploi et aux salaires, c’est clairement une affirmation du refus de payer la crise. Faire une démonstration de force le 27 mai aurait des conséquences sur le niveau des attaques du projet de loi sur les retraites que le gouvernement prépare.
Beaucoup de grévistes et de manifestant-e-s le 27 mai, c’est indispensable pour travailler à une suite et construire un rapport de force pour imposer d’autres choix. Réussir une journée de grève n’est pas une fin en soi ; mais c’est indispensable aujourd’hui pour créer les conditions d’un mouvement plus long, pour gagner. Nous avons toujours dit lors des dernières manifestations et dans les réunions intersyndicales que nous pensons nécessaire de construire les conditions d’un affrontement majeur. Cela s’appelle la grève générale et c’est un vrai travail de conviction.
La lutte des classes existe, et le patronat avec ses alliés du gouvernement, du FMI et de la Commission Européenne la mène très efficacement, pour lui.

Et si on inversait la tendance ?

 Jeudi 27 mai, grève et manifestations à 10h30 à Brest, Quimper, Quimperlé et Morlaix.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois