Pour SUD éducation, enseigner est un métier qui s’apprend !

dimanche 29 août 2010

Un nouveau dispositif de formation des enseignants néo-recrutés entre en vigueur en cette rentrée. Jusqu’àl’année dernière, les lauréats au concours bénéficiaient d’une année de formation avec un temps d’enseignement réduit devant les classes (moins d’un mi-temps, le reste du temps étant consacré àla formation professionnelle àl’IUFM  ). Cette année, la réforme ministérielle dite « mastérisation  » prévoit que les enseignants stagiaires soient (après un dispositif transitoire jusqu’àla Toussaint) àtemps plein devant les élèves.

La préparation d’une séance pédagogique est un travail laborieux, qui demande du temps, de la réflexion et de l’expérience. Comment imaginer que les stagiaires puissent être àtemps complet devant les élèves dès la première année sans une formation digne de ce nom ? C’est une quantité de travail insurmontable qu’on va exiger d’eux. Quid de ce temps indispensable de formation aux processus d’apprentissage et de gestion d’une classe ? Confierait-on le manche d’un avion àun jeune ingénieur aéronautique tout juste sorti de ses études théoriques ?

SUD   éducation dénonce les conditions matérielles faites àces stagiaires : ils se voient imposer un calendrier aberrant puisqu’ils auront connaissance de leur établissement d’affectation ce jeudi 26 aoà»t pour une pré-rentrée lundi 30. Ils auront trois jours pour trouver un logement, déménager àl’échelle de l’académie de Rennes ... et préparer leurs premiers cours. En mettant délibérément en difficulté matérielle et pédagogique les nouveaux personnels, des catastrophes humaines sont inéluctables. Dont les élèves seront les victimes collatérales !