AESH : halte au mépris, mobilisons-nous le 3 juin

vendredi 28 mai 2021

Le 8 avril dernier, nous avons été des milliers à nous mobiliser pour dire non aux PIAL et revendiquer un vrai statut et un vrai salaire. Une nouvelle journée de grève est appelée par l’intersyndicale le jeudi 3 juin.

Toutes les raisons de la colère sont là, rassemblons-nous massivement à midi, devant la Préfecture à Quimper, et sur le parvis du Quartz à Brest !

CONTRE LES PIAL ET LA MUTUALISATION

Les Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisé seront généralisés à la rentrée. Dans le 29, tous les PIAL seront inter-réseaux (public-privé). Derrière cette réorganisation de notre travail présentée par le ministère de l’Éducation nationale comme un atout, les PIAL sont un outil du développement de la mutualisation et de la rationalisation des moyens. Nos conditions de travail s’en trouvent dégradées car nous accompagnons de plus en plus d’élèves sur un territoire géographique étendu, tandis que les conditions d’accompagnement des élèves sont elles aussi fortement impactées car ils et elles bénéficient de moins en moins d’heures d’aide humaine. Dans le Finistère, certains pôles s’étendront sur une vaste zone géographique, comme dans le centre Finistère, ce qui créera inévitablement des difficultés liées aux déplacements. Tous les établissements du 1er degré de Brest-ville formeront un pôle, de même que tous ceux du 2d degré...difficile d’imaginer que le nouveau service départemental de l’école inclusive (SEI) sera à même de gérer les affectations dans l’intérêt des personnels et des élèves !

POUR UN VRAI STATUT, POUR UN VRAI SALAIRE

Les CDD de trois ans n’ont rien changé aux difficultés que nous rencontrons : c’est une institutionnalisation de la précarité de notre statut. Les revalorisations salariales mises en place dans certaines académies ne sont pas une victoire : nos salaires augmentent de seulement quelques euros sur l’ensemble de notre carrière. Dans l’académie de Rennes, on commence juste à discuter d’une grille à l’ancienneté. Le passage à 41 semaines annuelles ne permet pas de compenser le temps de travail invisible et ouvre la possibilité aux académies d’organiser des formations hors temps scolaire, formation par ailleurs largement insuffisante à notre pratique professionnelle. Les moyens sont insuffisants pour nous protéger face à l’épidémie de Covid19.

Assez de mépris ! Notre rôle et nos pratiques pédagogiques et éducatives, en tant que professionnels de l’inclusion et de l’adaptation scolaire, doivent être reconnus !

SUD éducation revendique :
- l’abrogation des PIAL et l’arrêt de la mutualisation à outrance ;
- la titularisation dans un corps de fonctionnaire de tou-te-s les AESH et la création d’un métier d’éducatrice-éducateur scolaire spécialisé-e, sans conditions de nationalité ou de diplôme ;
- de réelles augmentations de salaire, l’accès à la prime REP-REP+ et la reconnaissance d’un temps plein à 24h d’accompagnement plus les heures connexes ;
- la mise en place partout sur le territoire d’une véritable offre de formation, initiale avant le début de tout accompagnement et continue tout au long de la carrière. La réadaptation permanente qu’exige notre métier ne peut s’en dispenser.

JPEG - 467 ko

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois