Belle mobilisation des AESH le 3 juin

jeudi 3 juin 2021

AESH : le mépris a assez duré

La journée de grève du 3 juin, où les AESH, ont été très nombreuses et nombreux à s’être mobilisé.e.s, a permis d’alerter sur la situation subie par ces personnels. A l’appel de SUD éducation et du Sundep Solidaires, de la FSU 29, CGT éduc’action 29 et EP, CNT et FO, près de 200 manifestant.e.s à Brest et une petite centaine à Quimper se sont réuni.e.s dans une ambiance festive. Avec à Brest le soutien des intermittent.e.s du spectacle, en lutte depuis 3 mois contre la précarité. Merci à eux/elles.

Seul le ministre refuse de voir ce qui a été massivement porté par les AESH. Aucune annonce n’a été faite sur la revalorisation salariale dans le cadre du Grenelle, aucun calendrier de concertation n’a été donné dans les instances nationales pouvant laisser croire à la disponibilité du ministère à tenir ses engagements sur l’amélioration des conditions d’emploi.

PIAL : précarité partout

Aujourd’hui un.e agent.e de l’Éducation nationale sur dix est AESH. Ces agent.e.s de la Fonction publique, employé.e.s sous contrat, sont précarisé.e.s et malmené.e.s dans l’exercice quotidien de leurs missions. Elles et ils souffrent d’absence de reconnaissance institutionnelle et leurs conditions de travail ont été considérablement dégradées depuis la création des PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés), car seule la logique comptable prévaut. Expérimentaux cette année, ils vont se généraliser l’année prochaine.

Une délégation reçue à l’inspection académique à Brest

Nos organisations syndicales ont été reçues à Brest par 3 inspecteurs de l’Education nationale.
Sur les questions d’ordre national, nous avons évidemment dénoncé les salaires en dessous du seuil de pauvreté, la précarité des contrats, l’absence de formation et de diplôme professionnalisant. Tout ceci continue à ne donner aux personnels aucune perspective pour se projeter durablement dans des postes qui ont pourtant vocation à être pérennes, depuis la réforme de l’école inclusive.
Nous avons aussi dénoncé la généralisation des PIAL. à la rentrée prochaine. Au regard de ce qui s’est passé dans les PIAL "expérimentaux" comme celui de Crozon, nous avons dénoncé la flexibilité et les changements de postes incessants que le fonctionnement en PIAL entraîne.

Des engagements de l’inspection

Face à ces dérives, les inspecteurs/trices se sont engagé.e.s sur le fait que la bienveillance devait prédominer !
Les changements d’emploi du temps ne doivent pas empêcher les personnels de pouvoir cumuler un autre emploi.
Il sera tenu compte des situations personnelles, comme par exemple les AESH qui ne disposeraient pas de voiture.
Les personnels seront défrayés de leur frais de déplacements même si les règles restent défavorables.
Les emplois du temps ne permettront pas d’avoir un poste dans une école ou un établissement le matin, et un autre poste dans une autre école l’après midi. Enfin, les personnels ne seront pas affectés sur 2 établissements situés aux 2 extrémites de la zone géographique d’un PIAL.

En cas d’abus, ne vous laissez pas faire !

Si vous constatez des dérives à partir de la rentrée prochaine, alertez-nous très rapidement pour que nous puissions rappeler l’inspection académique à ses engagements.

Il y a urgence à abandonner les PIAL et la politique de mutualisation des moyens, à créer une brigade de remplacement.
Il y a urgence à créer un véritable statut dans la Fonction publique pour reconnaître le métier d’AESH, à rendre effectif le droit à la formation professionnelle et personnelle.
Il y a urgence à recruter massivement des AESH pour leur permettre de mieux accompagner les élèves en situation de handicap afin qu’ils et elles bénéficient de moyens à la hauteur des notifications de la MDPH.


Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois