En grève et en manifestation demain, jeudi 23. Pour gagner, se préparer à la reconduction !

mercredi 22 septembre 2010

Tract unitaire 23 septembre 2010

Le 7 septembre, salarié-e-s du privé et du public, chômeuses et chômeurs, jeunes, retraité-e-s,ont exprimé leur colère et leur rejet d’un projet de loi injuste, aggravant encore les inégalités. Sud   Éducation se félicite de cette mobilisation à laquelle nous avons contribué dans un secteur qui subit une rentrée dégradée comme jamais avec toujours plus de suppressions de postes, de réformes réactionnaires, de détérioration des conditions de travail et d’étude de la maternelle à l’université et le démantèlement de la formation professionnelle des enseignant-e-s.

La réforme des retraites que le gouvernement cherche à imposer n’est ni négociable ni amendable : elle vise tout simplement à détruire le système par répartition.

Pour sauver nos retraites, n’attendons rien des échéances électorales ou des journées de grève saute-mouton ! Nicolas Sarkozy a affirmé que les manifestations ne le feraient pas plier. Malgré l’importance des grèves et manifestations du 24 juin et du 7 septembre, le gouvernement cherche à passer en force.

Les décisions sorties de l’intersyndicale nationale qui s’est réunie le 8 septembre n’ont pas été jugées à la hauteur des enjeux par un grand nombre de travailleuses et de travailleurs bien au-delà de Sud   Éducation et Solidaires Nous estimons, avec l’Union syndicale Solidaires, que la seule stratégie gagnante pour faire reculer ce gouvernement et obtenir le retrait du projet de loi sur les retraites est de construire une grève générale interprofessionnelle reconductible. Il faut bloquer l’économie du pays pour forcer gouvernement et Medef à céder et obtenir le retrait du projet de loi.

La question des suites à donner au 23 est incontournable !

Une grève reconductible ne se décrète pas de façon incantatoire en appuyant sur un bouton, mais elle se construit. Le 27 mai nous étions 1,2 millions en grève et dans les rues puis 2 millions le 24 juin et presque 3 millions le 7 septembre. Nous pouvons être encore plus nombreuses-x le 23 septembre. Aujourd’hui, plus que jamais, les conditions sont réunies pour que la grève reconductible soit possible.

Dans de nombreux secteurs, Chimie (Total), Rail, Énergie, Industrie automobile, .. la grève reconductible se discute, se prépare. De plus en plus d’intersyndicales départementales y appellent également. alors construisons-la toutes et tous ensemble, avec les collectifs militants de toutes les organisations qui le souhaitent, avec l’ensemble des salarié-e-s !

Ci dessous, une liste non exhaustive des secteurs où se préparent les suites de la grève du 23 septembre, parce que [*c’est dans l’amplification du mouvement que l’on va gagner*]

 Au niveau interprofessionnel

  • l’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES nationalement y appelle : « Un mouvement de grève générale demeure nécessaire pour gagner. Il faut le construire avec les collectifs militants de toutes les organisations qui le souhaitent, avec l’ensemble des salarié-e-s : partout dès maintenant, organisons des réunions publiques, des assemblées générales, pour en discuter la mise en œuvre. »
  • La CNT appelle à préparer dès aujourd’hui la reconduction dans l’unité syndicale à la base, seule condition nécessaire à une victoire des salariés.
  • FO « soutient toutes les initiatives prises par ses structures y compris pour l’après 23. Par son intransigeance, par son projet dicté pour satisfaire les marchés financiers dans le cadre d’une politique d’austérité, le gouvernement se met lui-même en situation d’affrontement et de blocage. Adoptée à l’unanimité. ».
  • Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, a affirmé le 10 septembre, sans luimême s’inscrire dans cette démarche : « Plus l’intransigeance dominera, plus l’idée de grèves reconductibles gagnera les esprits »

 Dans les départements et les localités

  • En Seine maritime, CGT, FO, CFDT, CGC, FSU, Solidaires, UNSA, UNEF appellent à la grève interprofessionnelle jusqu’à l’abandon du projet et incluent la grève reconductible dans les « suites unitaires à débattre »
  • En Haute-Loire, l’intersyndicale interprofessionnelle CGT, CFDT, FO, Solidaires, FSU, UNSA CFTC, CFE-CGC affirme que : « L’heure est à la grève interprofessionnelle jusqu’à l’abandon du projet. Nous vous appelons à mettre la reconduite de la grève en discussion dès maintenant au cours d’assemblées générales dans les entreprises, les administrations et les services. »
  • Dans la Loire Atlantique, FO, la FSU et Solidaires disent : « Le 23 septembre doit s’inscrire dans la perspective d’une grève généralisée« . »La date du 23 septembre est déjà tardive. Si elle n’est pas prolongée par une grève reconduite destinée à bloquer les activités économiques et sociales du pays, il sera illusoire d’espérer autre chose que déplacer quelques virgules dans la loi. »
  • En Lozère, CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, FSU, Solidaires, UNSA, appellent « à mettre en discussion la reconduite de la grève au cours d 4AG dans les entreprises, les administrations et les services »
  • Dans le Loiret, CGT, CFDT, CFTC, FO, Solidaires, UNSA envisagent les possibilités de reconduire la grève partout où c’est possible.
  • L’UD   CGT du Gard demande à ses syndicats d’organiser des AG   pour mettre en débat la grève reconductible à partir du 23.
  • L’intersyndicale de Roanne, lors du rassemblement du 15 septembre, a appelé « à mettre en discussion la reconduite de la grève dès maintenant au cours d’assemblées générales dans les entreprises, les administrations et les services publics. »

 Au niveau Fonction Publique

  • Solidaires FP appelle à créer les conditions de la reconduction du mouvement de grève dès le 24 septembre. En ce sens, Solidaires « Fonction publique » a déposé un préavis de grève illimitée à partir du 23 septembre.
  • La Fédération CGT services publics appelle les personnels avec leurs organisations syndicales à mettre partout en débat la nature des suites à donner au 23, sans exclure aucune forme, y compris la grève reconductible.
  • La Fédération CGT des organismes sociaux appelle à la grève interprofessionnelle jusqu’à l’abandon du projet.
  • Les territoriaux CGT de Port-de-Bouc demandent la mise en débat de la grève reconductible lors de l’AG   du 23.
  • La CGT municipaux de Lille appelle à la grève reconductible à partir du 23 Dans les différents secteurs professionnels
  • A la SNCF : SUD  -Rail a déposé un préavis de grève nationale reconductible à compter du 23 septembre pour imposer le retrait. FO appelle « à une grève reconductible à partir du 22 septembre au soir ». La CFTC estime que « seule une grève reconductible peut faire reculer le gouvernement ».
  • A la RATP, SUD   appelle à la grève reconductible, et les syndicats CGT, UNSA, CFDT, Indépendants, CGC et CFTC appellent à une grève de 24 heures le 23 septembre, mais soulignent dans un communiqué commun qu’à « la lumière des évolutions éventuelles au niveau national », ils ne « s’interdisent pas de s’inscrire dans une forme d’action reconductible ».
  • A France-Télévision, CGT, FO et CFTC ont déposé un préavis de grève reconductible à partir du 23
  • L’intersyndicale de la Culture (CFTC, CFDT, CGT, FSU, SUD  , UNSA) appelle à la tenue d’AG   dans tous les services et établissements du ministère pour préparer les meilleures conditions de réussite du 23 et ainsi enclencher dès le 24 la poursuite de la grève jusqu’au retrait du projet gouvernemental.
  • Aux PTT, SUD   appelle l’ensemble des personnels et des organisations syndicales à préparer la grève reconductible à partir du 23 septembre. SUD   est prêt à préparer la grève générale avec toutes les organisations syndicales qui le souhaitent.
  • Dans la Chimie, SUD   et la CGT appellent déjà à la reconduction à partir du 23 chez Total. Les fédération SUD  , mais aussi la CGT de la chimie sont pour la reconduction dans toutes les activités de la chimie, de la pétrochimie et du raffinage en France. « La FNIC-CGT considère que, face à ce démantèlement programmé des retraites, nous n’avons pas d’autre choix que de durcir les mouvements, d’augmenter le rapport de forces, notamment par de nouvelles actions de grève. La question de la grève reconductible se pose de plus en plus. Nos industries font partie des professions qui doivent se préparer à la mettre en œuvre, à commencer par interpeler les salariés sur cette question. »
  • La CGT de l’entreprise ARKEMA-FOS (13) appelle à « une grève reconductible avec arrêt des productions à 5h » et « AG   le 24 pour examiner le rapport de forces à Fos et ailleurs »
  • La fédération nationale de l’action sociale FO (FNAS-FO) se déclare « dès le 23 septembre, pour la grèvejusqu’au retrait du projet ».
  • La CGT-Phillips de Dreux affirme : « Si les directions syndicales veulent vraiment mobiliser les travailleurs, elles doivent être conséquentes en lançant immédiatement un appel à la grève générale jusqu’au retrait à partir du 23/09, et en la préparant dans tout le pays ! Nul doute que nous répondrons par millions, que nous bloquerons le pays et que Sarkozy devra céder, car ce sont les travailleurs qui font tourner l’économie ! ».
  • La Fédération Finances de la CGT affirme : « il faut faire monter le niveau de l’action par la grève reconductible et le blocage du pays ».
  • pour la Fédération CGT des Sociétés d’Etudes : « Si, au soir du 23 septembre, le gouvernement ne retire pas son projet, son obstination mettra nécessairement à l’ordre du jour la grève interprofessionnelle jusqu’à satisfaction. ».

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345