Blanquer, les écrans plats et l’ARS : la rhétorique réac’ fait sa rentrée de classe

jeudi 2 septembre 2021
par  sudeducation29

Si la pilosité faciale de Jean-Michel Blanquer a indéniablement évolué en l’espace de deux mois, il nous a encore récemment prouvé qu’en matière de discours, il était toujours aussi réactionnaire. Tout a commencé (ou plutôt recommencé tant cette polémique est agitée à chaque rentrée) par la tribune de la députée MoDem de la Nièvre Perrine Goulet, dans le journal du Dimanche proposant de verser l’Allocation de Rentrée Scolaire sous forme de bons d’achat. Cette aide d’un peu moins de 400 euros, est versée par la CAF, sous conditions de ressources aux familles les plus précaires.

Interrogé sur le plateau de France 2 sur cette tribune, Blanquer a trouvé l’idée « intéressante » et a jugé qu’on savait bien qu’il y avait plus de ventes d’écrans plats en septembre et octobre. Sous-entendu : les pauvres achètent de l’électronique plutôt que des fournitures scolaires. Devant la caméra de Brut, le ministre a proposé au journaliste qui ne renonçait pas à lui demander des sources, de l’accompagner dans une grande surface, et a inversé la charge de la preuve. Or, les études sont formelles : les déclarations du ministre sont fausses. Une fois de plus, #BlanquerMent.

Où va l’argent des pauvres ?

Cette énième polémique n’est pas sans rappeler d’autres discours moralisateurs et paternalistes sur les dépenses des plus pauvres. Leur est souvent reproché d’acheter des télévisions, des smartphones ou des vêtements de marque pour leurs enfants. Derrière cela, l’idée des classes supérieures que les pauvres agissent de façon irrationnelle, et qu’il leur faudrait adopter des modes de gestion de leurs finances similaires aux plus riches.

Le sociologue Denis Colombi s’est penché sur cette question dans son livre Où va l’argent des pauvres ? Sur la base d’études, il démontre que les plus précaires ne manquent pas de rationalité dans leurs dépenses. Par exemple, le smartphone, qui permet de téléphoner mais constitue également l’unique accès à internet de nombreuses familles, à l’heure où de nombreuses démarches administratives sont dématérialisées, est un achat plus rationnel qu’un ordinateur.

Pour citer l’auteur : « Où va l’argent des pauvres ? Il est dépensé d’une manière tout à fait normale et rationnelle pour les pauvres. Oui, ceux-ci ont parfois des façons de l’utiliser qui s’écartent de ce qui est perçu comme une saine gestion dans les autres classes sociales, mais un budget serré impose des modes de consommation et de dépenses spécifiques. [...] Les pauvres doivent faire preuve de plus de contrôle, de plus de travail et de plus d’intelligence que la moyenne pour parvenir à gérer la contrainte. Eh oui ! Parfois, ils font des dépenses inconsidérées et déraisonnables, ils font des erreurs, se trompent, sont irraisonnés ou capricieux, comme tout le monde, mais avec des conséquences considérablement plus lourdes. » Une idée s’impose finalement, le meilleur moyen de sortir quelqu’un de la pauvreté, c’est de lui donner de l’argent.


Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois