Micmac dans les affectations, baisse annoncée des remplacements

Remplacement dans le 1er degré
jeudi 2 septembre 2021
par  sudeducation29

SUD Éducation a été alerté, dès cette rentrée 2021, par des enseignant·e·s d’un problème de remplacement sur plusieurs circonscriptions de Brest (Brest Est, Brest Nord) : des personnels nommés sur des postes de brigade sont positionnés à l’année sur des postes non pourvus. On peut aisément imaginer que c’est également le cas dans d’autres circonscriptions du département, au regard de ce qu’on a pu constater l’année dernière.

Cette situation est tout à fait déplorable. Certain·e·s enseignant·e·s sont toujours sans poste et auraient pu être affecté·e·s dans ces classes. Une fois encore, le calendrier d’affectation particulièrement tardif pose question, alors que l’administration connaît ces situations depuis le mois de juin.

Par ailleurs, comme l’année dernière, comme les années précédentes, on peut déjà anticiper que les collègues absents au cours de l’année ne seront pas remplacé·e·s de manière systématique, faute de remplaçant·e·s disponibles, car bloqués par ces affectations sur des postes à l’année.

Ce mode de gestion des remplaçant·e·s est préjudiciable pour les élèves qui perdront du temps d’enseignement. En effet, répartis ces jours-là dans les classes des collègues, les enfants (et les collègues aussi d’ailleurs) auront des conditions de travail dégradées et non propices aux apprentissages. Et ce sont les élèves les plus en difficulté, car les moins autonomes, qui seront les premières victimes de cette incapacité de la part des services de l’Éducation nationale à pallier l’absence d’enseignant·e·s.

De surcroît, on demande à certains des collègues d’enseigner du jour au lendemain auprès d’élèves scolarisé·e·s dans des classes telles que Segpa, Ulis, IME, IEM, ... et ce en l’absence de toute formation envers ce public spécifique. Ces affectations sont préjudiciables pour les élèves, qui ne bénéficient pas de la qualité de l’enseignement qui leur est dûe. Mais préjudiciable aussi pour les personnels qui sont mis en difficulté au quotidien, dans leur travail. Nous constatons trop souvent que ces personnels très soucieux d’assurer leur mission de service public, qui n’osent pas refuser ces affectations, sont en souffrance sur ces postes.

Rappelons que les textes en vigueur imposent à notre employeur, la DSDEN, de prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger la santé physique et mentale des personnels. La jurisprudence va même plus loin en imposant une véritable obligation de résultat. Il y a clairement dans ces situations d’affectation une carence que nous ne manquerons pas de soulever lors d’un prochain CHS-CT.

SUD éducation a écrit à la Dasen du Finistère pour lui exposer cette situation et lui faire part de nos griefs.


Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois