Face à l’arrogance du pouvoir, changeons de vitesse !

jeudi 7 octobre 2010

A la RATP, SNCF, ports, EDF, GDF, Total… les syndicats appellent unis à la reconduction de la grève à partir du mardi 12 octobre.

 Ne les laissons pas s’épuiser : c’est tous ensemble qu’il faut y aller !

La multiplication des grèves et des manifestations depuis la rentrée nous a permis d’arriver à la situation que nous connaissons aujourd’hui, à savoir un taux de mobilisation exceptionnel et historique tant dans les chiffres (près de 3 millions de manifestants à chaque rassemblement) que dans la durée. Face à cela, le gouvernement ne veut rien entendre, n’a cédé sur rien. Il nous contraint à hausser le ton et à construire la reconduction partout où c’est possible.

[*Bloquer l’économie, il n’y a que cela qui pourra faire entendre raison à ce gouvernement !*]

Nombreuses informations actualisées sur : http://www.7septembre2010.fr

Pour venir en discuter avec nous ce soir :

[|AG   SUD   éducation 29 jeudi 7 octobre à Châteaulin, au CAT des Genêts d’Or, à 18h45|]

 1. Retraites : grève générale jusqu’au retrait du projet de loi

La mobilisation du samedi 2 octobre a été un succès : elle a été encore plus forte que le 23 septembre avec 15 000 manifestants à Brest, 12 000 à Quimper, des rassemblements très importants à Morlaix, 9000 personnes, à Carhaix, 2000 personnes et à Quimperlé,3000 personnes. Cette journée montre la détermination et la colère des salariés, des jeunes, des retraités face à un projet de loi qui pénalise l’ensemble de la population.

Malgré cela, le gouvernement ne revient pas sur son projet injuste, qui va nous user jusqu’à la corde, continuer à faire baisser les pensions, à pénaliser encore plus les femmes, à baisser nos salaires par l’augmentation du taux de cotisations salariales pour les fonctionnaires. Cette loi n’est ni négociable, ni amendable et elle doit être purement et simplement retirée.

S’il était juste de faire une manifestation un samedi, cela ne suffit pas pour faire reculer le gouvernement. Seule la grève touche les patrons sur le terrain économique, et surtout si elle dure. C’est pourquoi il est temps, fort du succès maintenu de la mobilisation, et du soutien de l’opinion, de passer à un niveau supérieur en construisant la grève reconductible. La grève du 12 octobre ne doit pas être une nème grève, mais bien le début de grèves reconductibles, interprofessionnelles qui touchent l’économie et jouent un rôle paralysant. Convaincus que seule la lutte interprofessionnelle fera plier le gouvernement, nous invitons les salariés de l’Education Nationale à rejoindre la lutte.

 2. Reconduction, mode d’emploi

  • Dans le secteur de l’éducation, qui peut être en grève reconductible ?

R : absolument tout le monde (titulaires, stagiaires, contractuels, enseignants et non enseignants), puisque Solidaires a déposé un préavis de grève reconductible pour l’ensemble de la fonction publique à partir du mardi 12 octobre, mais encore le 13 octobre, le 14, le 15 etc. Remarque : les personnels devront renouveler tous les 5 jours leur intention d’être en grève.

  • Est-il nécessaire, pour se mettre en grève reconductible, que tous ses collègues s’y mettent également ?

R : l’objectif étant de bloquer le bon fonctionnement de l’établissement scolaire, l’idéal serait que le plus grand nombre possible de personnels soient en grève reconductible. Mais cela n’est pas indispensable et l’on peut fort bien perturber lourdement le fonctionnement d’une école, d’un collège ou d’un lycée avec une minorité de grévistes : l’important est de bien s’organiser.

  • Comment organiser une grève reconductible ?

R :[* Auto-organisation*] : la grève reconductible doit être décidée, reconduite et organisée par les travailleurs et les travailleuses en lutte réunis en AG   d’établissement ou de secteurs. L’AG   permet en outre de maintenir le lien entre les grévistes et de mettre au point les opérations visant à l’extension, à la visibilité et à la convergence des luttes. Ces dernières appartiennent à celles et ceux qui les mènent.

R : [*Extension*] : la présence des grévistes dans les établissements est la seule possibilité pour mobiliser les autres personnels de l’établissement. La grève doit être étendue aux autres établissements par une information constante sur l’évolution de la situation. Les tractages sont l’instrument privilégié de l’extension de la grève reconductible. Il importe ensuite que tous les établissements en lutte soient coordonnés par des AG   de secteurs et des AG   départementales.

R : [*Visibilité*] : seules des opérations « coup de poing » sont susceptibles de rendre visible la mobilisation et d’attirer l’attention de nos concitoyen(nes) et des médias. Il peut s’agir d’actions symboliques, certes, de tractages de rue, de manifestations, mais aussi de véritables blocages...

R : [*Convergence*] : la grève reconductible sectorielle ne saurait aboutir au blocage de l’économie du pays. C’est tous ensemble (public et privé), sans distinction de statuts, de branches ou de professions, que nous pourrons gagner. Pour organiser la convergence des luttes, on peut aller inciter d’autres secteurs à se mettre en grève (rassemblements et tractages) ou bien apporter notre soutien (militant ou financier) à des grévistes d’un autre secteur déjà en lutte.


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345