Loi Rilhac aggravée et adoptée : un retour en arrière pédagogique et humain

jeudi 7 octobre 2021

Contre l’avis d’une écrasante majorité d’enseignant·e·s, la loi Rilhac a été adoptée hier (le 6 octobre), après le vote d’amendements rendant encore plus grave un texte déjà délétère. « L’autorité fonctionnelle » du directeur ou directrice d’école est conservée, mais tout ce qui relevait de moyens donnés par l’État aux collègues chargé·e·s de direction a été rayé de la loi. Deux ans après le suicide de Christine Renon, l’Assemblée a adopté un texte honteux qui multipliera la charge de travail des directeur·ice·s sans aucune aide supplémentaire. Les Sénateurs et Sénatrices doivent encore se prononcer sur ce texte, qui pourra entrer en vigueur à la rentrée 2022.

Moins de moyens, plus de dérégulation

Exit le droit aux jours de décharge en fonction du nombre de classes, au profit des "spécificités de l’école". De quoi laisser toute place à l’arbitraire de l’administration qui ne manquera pas de donner aux uns pour mieux prendre aux autres. L’aide administrative, quant à elle, est laissée, "lorsque la taille ou les spécificités de l’école le justifient" à la responsabilité de l’État ou des communes. On voit déjà bien l’État renvoyer la balle à celle-ci, ce qui ne manquera pas de créer des inégalités conséquentes entre les écoles... En bref, plus de travail, et rien de plus pour le faire.

Un retour en arrière pédagogique et humain

On sait combien le métier d’enseignant·e est difficile et nécessite des ajustements et remises en question constants. L’horizontalité des rapports sociaux au sein des équipes enseignantes est primordiale pour que la parole des collègues soit libre, notamment sur les difficultés qu’ils et elles rencontrent. La présence au sein de l’équipe d’un·e supérieur·e hiérarchique risque bien de mettre cela à mal, quand bien même le·la directeur·ice ne mettrait pas en avant son autorité.

Contre la verticalité libérale, portons la collégialité !

Si la validation de la loi Rilhac par le Sénat fait peu de doute, il est impératif de construire une mobilisation massive contre ce texte réactionnaire. Sud éducation y travaille, et réaffirme son engagement pour une organisation collégiale des établissements scolaires.

Pour une analyse plus longue, nous recommandons la lecture de ces deux excellents articles du Café pédagogique :
- Loi Rilhac : Des amendements pour la libéralisation intégrale de l’Ecole
- La loi Rilhac adoptée par l’Assemblée


Agenda

<<

2021

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois