AESH : SUD éducation dénonce une attaque sans précédent contre leurs salaires !

mardi 28 décembre 2021

Les accompagnant-e-s d’enfants en situation de handicap (AESH) sont les personnels parmi les plus précaires de l’Éducation nationale. Avec des salaires mensuels en moyenne de 800 euros, puisque recruté-e-s à temps partiel, on est loin du Smic.

Pour tenter "d’améliorer leurs revenus", le ministère avait autorisés ces salarié-e-s, en 2017, à pouvoir exercer simultanément un travail sur les temps périscolaires (matin et soir, avant et après la classe, et sur la pause méridienne). Une décision du Conseil d’État de novembre 2020, applicable en ce mois de janvier 2022, va dégrader lourdement les conditions de rémunération des AESH assurant cet accompagnement sur le temps périscolaire.

En effet, saisi par ce même gouvernement, le Conseil d’État a décidé que « la charge financière des temps périscolaires incombait non plus à l’Etat mais aux collectivités locales », donc aux mairies pour ce qui est du 1er degré.

Il semble se dessiner deux issues possibles pour les Aesh, selon les communes.

Les collectivités les plus "riches" pourraient leur proposer un deuxième contrat pour les heures de périscolaire. Dans ce cas, les horaires de travail des personnels seront préservés. Mais leurs salaires vont baisser puisque les personnels ne seront plus rémunéré-e-s pendant les vacances, ni en cas d’absence de l’élève accompagné.

Les communes les plus "pauvres" vont avoir un problème budgétaire criant pour assumer cette nouvelle charge au 1er janvier. On peut craindre qu’elles choisissent d’organiser l’accompagnement des enfants handicapés avec leurs agent-e-s déjà en poste qui vont eux/elles se retrouver en surcharge de travail, donc avec un service au rabais auprès des élèves. Quant aux AESH, ils/elles vont se voir imposer un avenant réduisant leur quotité horaire à 24h semaine (soit un 62%). C’est une perte de revenus conséquente qui peut dépasser 100 euros mensuels : c’est proprement inacceptable pour des salaires déjà misérables.

La DASEN a envoyé un courrier à toutes les mairies, mais pas aux personnels AESH qui n’ont aucune information de leur employeur, ce qui est source d’angoisse. C’est l’improvisation la plus grande qui règne à quelques jours de ce chamboulement sachant que les modalités d’application vont être décidées commune par commune dans le Finistère !

Les notifications de la MDPH ne faisant que "préconiser" un accompagnement périscolaire sans caractère contraignant, cette improvisation pourrait engendrer une rupture dans l’accompagnement des enfants handicapés.

L’État employeur n’aura pas fait de cadeau de Noël aux AESH qui vont voir leur salaire baisser en cette rentrée. SUD éducation dénonce cette politique comptable à l’encontre des plus précaires victimes d’une politique "d’économies de bout de chandelle".


Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois