L’école du futur, une entreprise comme les autres

jeudi 9 juin 2022

Le projet d’Emmanuel Macron “d’école du futur”, testé sur 59 écoles marseillaises, pourrait être généralisé à l’automne. Il s’appuie sur une hiérarchisation permise par la loi Rilhac donnant le pouvoir aux directeur·ices d’école de recruter les enseignant·es sur profil. En contrepartie, des heures de décharge supplémentaires ont été accordées par l’administration. Des remplaçant·es ont été affecté·es pour faire cours lors de ces décharges, au détriment des autres établissements dans lesquels les collègues absent·es sont rarement remplacé·es.

En brandissant un idéal de flexibilité, qui devrait permettre aux équipes (comprendre : aux personnels dirigeant·es) de mieux répondre aux besoins et aux spécificités des élèves et de leurs situations, Emmanuel Macron fait passer pour liberté pédagogique une libéralisation sans précédent de l’école publique. Hiérarchie renforcée, concurrence entre les établissements, salaire au mérite... Autant de choses qui mettront à mal l’idéal d’agent·es du service public non soumis aux contraintes de rentabilité, chères aux ultra-libéraux, et les conditions de travail des personnels. Sud éducation dénonce ce projet qui vise à gérer les établissements scolaires comme autant d’entreprises : ce n’est pas l’école que nous voulons !

Les personnels n’ont pas besoin de hiérarchie intermédiaire, mais de moyens pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions : réduction des effectifs, revalorisation salariale, rénovation des locaux insalubres et énergivores, création d’un véritable secteur médico-social dans l’Éducation nationale. Une école qui, à ce prix, pourra assumer sa mission émancipatrice, la voilà l’école du futur.


Agenda

<<

2022

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois