Réforme de la formation des enseignants stagiaires : Un sacré bazar !

mardi 7 décembre 2010

Un quotidien difficile : les jeunes professeurs sont lâchés dans l’arène !

Les 288 stagiaires de l’Académie de Rennes travaillent à temps complet (18h, au lieu de 6h les années passées) depuis la rentrée de la Toussaint : ils bénéficient d’une simple journée de formation un jeudi sur deux et de quatre mini séminaires au cours de l’année scolaire (en octobre, mars, mai et juin) de deux jours et demi. Le premier était une sorte de « thérapie de groupe » où chacun a déballé ses problèmes d’autorité avec les élèves, au cours d’une formation totalement désorganisée. En juin, on les préparera aux conditions difficiles de l’année suivante, le thème étant « Enseigner en zone difficile » ! Ils sont par ailleurs pris en charge par un enseignant titulaire qui leur donne des conseils. Mais certains stagiaires n’ont pas de tuteurs, leur IPR les remplaçant donc au pied levé. Beaucoup d’enseignants ont refusé de cautionner une réforme inadaptée en jouant ce rôle de tuteurs.

Au final, les stagiaires doivent donc travailler plus que des professeurs titulaires, alors qu’ils n’ont aucune expérience !

Le collectif et ses revendications

Les stagiaires, désemparés et révoltés, se sont mobilisés et organisés en un collectif de 40 stagiaires, qui s’est créé début octobre (le Collectif des Enseignants Stagiaires de Bretagne : le C.E.S.B). Ce collectif qui s’est rapidement développé a pris contact avec les collègues titulaires, les organisations syndicales, les élus, les médias, les autres collectifs de stagiaires en France, et aussi avec le Recteur. Ce dernier les a d’ailleurs reçus le 22 septembre dernier : il s’agissait de lui demander une formation de qualité et d’exiger le maintien d’un service à temps partiel, afin qu’ils puissent exercer leur métier dans de bonnes conditions. Beaucoup de collègues TZR qui complétaient leur service n’ont d’ailleurs pas été réaffectés sur des remplacements depuis !

Une pétition a été mise en place et a recueilli un grand nombre de signatures (2000 soutiens, dont celui du président du Conseil Général).

Une audience a été demandée le 2 novembre, le Recteur l’a refusée dans un courrier en argumentant qu’il « n’était pas possible de mobiliser plus longtemps des moyens de remplacements sur la compensation des 9H de décharge ». Qu’à cela ne tienne, le collectif ne se démobilise pas pour autant ! Il poursuit son action et depuis, le recteur a accepté de les recevoir le 6 décembre.

SUD   Education dénonce encore et toujours cette absence de formation pédagogique et le traitement inhumain réservé à ces stagiaires, sous couvert de réductions budgétaires, et s’insurge contre une réforme qui torpille la formation des enseignants et dégrade leurs conditions de travail.

Dans le cadre d’une journée nationale d’actions et avec d’autres organisations syndicales :

rassemblement le mercredi 1er décembre, devant l’Inspection académique de Quimper.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois