Années Blanquer : "L’école de la confiance" ? Ou celle de la défiance ?

dimanche 27 novembre 2022

Blanquer voulait mettre en place des regroupements d’écoles, des Etablissements Publics des Savoirs Fondamentaux (EPSF) sous l’autorité des principaux et principales de collège. Face à la mobilisation des personnels à laquelle SUD éducation a largement contribué, il a dû renoncer.

Il voulait également imposer le silence dans les rangs en imposant un devoir de réserve et de loyauté des personnels à l’endroit de l’institution. Il n’a pas réussi, même si sa politique autoritaire est bien réelle (mesures disciplinaires, mutations d’office, poursuites judiciaires...). La liberté d’opinion reste garantie au fonctionnaire (article 6 de la loi 83 634, dite Loi Le Pors, titre 1 du statut général).

Autre volet de cette réforme Blanquer, l’instruction obligatoire dès 3 ans. La chose était présentée comme la volonté de donner « une nouvelle jeunesse à l’école maternelle » et de scolariser plus tôt certaines populations défavorisées. SUD éducation a mis en évidence et dénoncé l’arnaque que constitue cette mesure : en 201 9, au moment où la loi est adoptée, près de 98% des enfants de 3 ans étaient déjà scolarisés (1 00% à 4 ans).
Alors pourquoi ? En fait la mesure répondait à un lobbying de longue date de l’enseignement privé. La mesure a permis la création d’une filière complète dans le privé, ce qui lui permet de capter une clientèle dès le plus jeune âge.

SUD éducation a été très investi dans les grèves unitaires pour expliquer que là où le ministre vantait esprit de réforme et modernité il fallait plutôt voir démantèlement, autoritarisme et cadeaux au privé.


Agenda

<<

2023

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois