Carte scolaire définitive

Communiqué de presse
jeudi 7 avril 2011

La carte scolaire définitive vient de tomber : 47 classes fermeront à la rentrée prochaine dans le département. Dans son projet de carte, l’IA   avait sous estimé le nombre d’ouvertures qui s’imposaient vu les effectifs dans certaines écoles. Elle a été obligée de revoir à la hausse ces ouvertures (13,5). Mais le département perd toujours 40 postes. C’est un jeu de dupes que nous dénonçons.

L’argument démographique avancé par l’IA   ne tient pas : 465 élèves de moins selon ses prévisions. Ce chiffre de l’IA   d’une baisse de 460 élèves n’est pas recoupé par ceux des directeurs. 463 exactement selon l’IA   à la rentrée 2011. Sur 57000 élèves, ça fait moins de 1%. Une précision qui ne veut strictement veut rien dire. Il y a 435 écoles dans le département, ça fait de toutes façons un môme de moins par école !

Le chiffre des -463 est d’autant moins fiable que les 2/3 n’étant pas inscrits à l’école cette année pour 72% d’entres eux, on ne sait pas exactement combien de 3 ans seront présents à la rentrée 2011, la période des inscriptions n’étant pas close. De plus, la non prise en compte des 2 ans d’une part, mais surtout la volonté politique affichée de ne plus les scolariser d’autre part accentue ce phénomène en faisant fuir les familles qui cherchent d’autres solutions.

En interne, l’administration reconnait que ça n’est pas cette pseudo baisse qui justifie les fermetures mais qu’il y a 2 contraintes incontournables, 2 vraies raisons :

  • au niveau national, sur le non remplacement de 1 fonctionnaire sur 2 qui part à la retraite : l’académie de Rennes perd donc 75 postes
  • au niveau académique, le Finistère serait jugé mieux doté que l’Ille et Vilaine, d’où la perte de 40 pour le seul département du 29

C’est très à la mode les calculs d’apothicaires dans l’Education nationale surtout pour liquider des postes. Beaucoup moins quand la démographie nous était favorable il y a quelques années et qu’on aurait dû en gagner par centaines ! Le seul argument de fait, c’est celui de la suppression d’un poste de fonctionnaire sur 2 qui part à la retraite. Il est inacceptable car mortifère pour le service public. Il faut abolir ce dogme présidentiel.

Désormais, ce qui semble important pour continuer, c’est de trouver une autre date de mobilisation assez vite. Le collectif brestois « Ecole publique en danger » propose de se retrouver samedi 11h, place de la Liberté à Brest. Il faut relayer cette date et faire en sorte que dans chaque commune du Finistère, se retrouvent samedi les défenseurs des écoles.

Ne nous résignons pas. Partout en France le combat continue ! Dans le Finistère aussi !
Bon courage à tous


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois