Réforme du recrutement et de la formation des enseignants Bilan de la 1re année : c’est la cata !

vendredi 27 mai 2011

La première année de mise en place de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants, dite de la mastérisation se termine. Jean-Michel Jolion, professeur des universités à Lyon et président du Comité de suivi du master, vient de rendre un rapport d’étape accablant à la ministre V. Pécresse. « Décriée parce qu’elle a principalement été amorcée pour des raisons budgétaires, cette réforme n’a jamais été mise en situation de pouvoir être élaborée en lien avec l’ensemble des acteurs. » écrit-il. Pour ajouter plus loin, « les deux ministères concernés par cette réforme n’ont aucunement mis en place les outils de supervision qui permettraient aujourd’- hui d’avoir une vraie connaissance de la réalité du terrain et surtout de la population étudiante engagée dans cette réforme. »

Une formation initiale réduite à néant

À la place de l’année de formation qui suivait l’obtention du concours, des stages ont été organisés mais sans cadrage national, sans préparation particulière ni retour d’expérience. Près d’un élève sur cinq s’est retrouvé cette année face à des enseignants non – ou très peu – formés.

Pour la rentrée prochaine, la situation s’annonce pire encore : les 6 à 7 semaines de formation (trop peu) souvent mises en place dans la précipitation car obtenues in extremis cette année disparaîtront. Les néo-enseignants seront parachutés directement à temps complet sans formation devant les élèves. Et qu’adviendra-t-il des reçus-collés, qui ont obtenu leur master mais échoué au concours ? Il y a fort à parier que l’institution, forte consommatrice de contrats précaires les sollicitera pour des remplacements payés des queues de cerises.

Une charge de travail énorme

Concernant les candidats, J-M Jolion constate que « La motivation de tous les étudiants rencontrés est très très importante et l’on peut facilement penser que cette motivation est de loin la cause la plus forte du non effondrement du nouveau dispositif. » mais également que « la difficulté est telle pour satisfaire toutes les contraintes que s’est installée une grande souffrance dans cette population étudiante qui va bien au delà de la seule impression d’être la génération sacrifiée sur l’autel de la mise en place d’un nouveau dispositif ». En effet, la charge de travail est énorme : préparation du concours, découverte du métier, préparation du master, initiation à la recherche. Cela induit des stratégie de choix qui amènent à privilégier le concours au détriment du master. « En conséquence, les étudiants perçoivent presque le master comme un élément externe et ont un sentiment fort que leur diplôme sera inévitablement très fortement dévalorisé. Le système actuel met les étudiants en situation d’ échecs par accumulation de contraintes au lieu de les mettre en situation de réussite ».

Un décalage entre les discours et la réalité

« Mon souci, au fond, c’est de mettre devant nos enfants des professeurs mieux formés, connaissant mieux leurs matières et mieux préparés à l’enseignement d’une classe d’âge, tellement diverse et parfois si difficile » déclarait N. Sarkozy le 19 janvier alors que le gouvernement, engagé dans une casse des services publics à grande échelle, continuait de trancher dans l’éducation nationale à grand coup de suppressions de postes. Rarement l’écart entre le discours et les actes aura été si grand.

Abrogation de la mastérisation Une préparation intenable, un calendrier d’inscription modifié discrètement, moins de postes au concours, des conditions de travail complexes et stressantes : les candidats aux métiers de l’enseignement se réduisent et ce dans un contexte d’augmentation des effectifs d’élèves. Alors que la formation des enseignants exige un engagement fort de l’état, des moyens importants, un respect des étudiants, des enseignants, des élèves la réforme de la mastérisation, valorisée à grand coup de com, ne répond qu’à une logique de restrictions budgétaires. Pour SUD éducation, la suppression pure et simple de cette réforme de mastérisation s’impose.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois