Septembre 2006 : Dès la rentrée, soyons mobilisés

mardi 14 novembre 2006

  • Contre les expulsions des élèves sans papiers et contre les lois sécuritaires : poursuivons l’action avec le Réseau Education Sans Frontières après la période estivale, pour nous opposer à l’expulsion des enfants et de leurs familles qui se sont vues refuser les papiers et pour obtenir leur régularisation. A côté des lois Sarkozy sur l’immigration qui durcissent encore un peu plus les conditions de vie des populations immigrées et créent une « immigration jetable », notre refus de la criminalisation des jeunes passe également par la dénonciation de lois sécuritaires comme la loi sur la prévention de la délinquance (qui passera devant le Parlement à l’initiative du ministre de l’Intérieur).
  • contre les mesures de rentrée : Outre les 15.000 suppressions de postes dans la fonction publique dont 9.000 dans l’Education Nationale, des milliers de précaires viennent d’être licenciés. Voilà ce que le ministre (qui "refuse tout débat sur les moyens") appelle une rentrée réussie. Nous demandons le réemploi de tous les précaires, et leur titularisation sans conditions de concours. Parallèlement se dessine une réforme pour le second degré qui toucherait aux horaires d’enseignements, aux statuts... Les remises en cause des pondérations horaires (1re chaire, heures de labo...) n’en seraient qu’une étape. Nous appelons à combattre la loi Fillon et les mesures de Robien (dont les fameux "remplacements à l’interne") et la décentralisation des personnels TOS. Enfin, l’arnaque des collèges « ambition réussite » doit elle aussi être dénoncée : le vernis ne fait que masquer les difficultés grandissantes de la prétendue "éducation prioritaire". Le premier degré n’est pas en reste. Le projet de direction d’école établit une hiérarchisation dans les équipes et une précarisation croissante avec le recrutement de centaines d’EVS   dans le département. De plus en plus de « projets » introduisent une inquiétante décentralisation de fait, notamment dans la formation et l’octroi de moyens. Face à ces dégradations continues, la mobilisation est un impératif. L’avenir de l’école publique nécessitera assurément plus que la grève du 28 septembre... Cette journée doit être une étape vers une mobilisation croissante que nous devons construire sans attendre dans nos établissements. SUD   éducation appelle tous les personnels, titulaires et non titulaires à se réunir, à tenir des heures syndicales et des AG   dans ce but.
journal septembre 2006

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois