Le protectionnisme contre le libre échange ?

Débat et conférence
vendredi 11 novembre 2011

On pourrait penser que l’histoire a tranché ce vieux débat, qui a divisé la gauche française. Le protectionnisme semble aujourd’- hui perçu comme une hérésie.

D’un côté, un libre échange qui assurerait la prospérité et la paix dans le monde, de l’autre un protectionnisme qui serait porteur de dérives nationalistes et xénophobes.

L’emploi industriel fout le camp dans la vieille europe.

Malheureusement, l’actualité nous rattrape : Goodyear, Molex, et plus localement, SBFM à Lorient, Clemenceau, Jabil, Sobrena à Brest : la France a perdu l’année dernière 5% d’emplois industriels. Une érosion continue depuis 25 an puisque 2 millions d’emplois ont été perdu entre 1980 et 2007.

Le dumping écologique, social, fiscal est mortifère pour l’emploi dans des pays présentant des acquis sociaux, des contraintes écologiques, même insuffisantes. Les tarifs des taxations douanières dans les pays de l’OMC sont passées de 40% à la sortie de la 2nde guerre mondiale (cycle de Genève) à 4% aujourd’hui (Uruguay round, dernier cycle de l’OMC en date).

Pas une fin mais un moyen

Parler de barrières douanières, de taxes, de quotas d’importation, en un mot, de protectionnisme n’est pas un fin en soi. Mais nous voulons porter cette alternative comme une arme face à cette course au moins disant qui liquide l’emploi dans nos régions socialement plus protégées. Nous voulons briser un tabou, le dogme du « libre échange » et réfléchir à un protectionnisme au cas par cas.

Même au pays chantre du libéralisme, le Sénat américain est en voie d’adopter une loi protectionniste qui vise à sanctionner les pays dont la monnaie est sous évaluée (Chine).

Le meilleur comme le pire

Le protectionnisme n’est pas un idéal, c’est un outil qui peut servir au pire (autarcie, xénophobie) comme au meilleur (justice sociale, fiscale, exigences écologiques au niveau planétaire), selon les mains qui le manient. C’est ce qui nous différencie du Front National.

Débattre

Pour prolonger la réflexion et débattre ensemble, nous vons invitons à la conférence « Contre le fatalisme, le protectionnisme  ?!? » Mardi 15 novembre 20h à la salle des syndicats à l’Harteloire ( Brest) avec François Ruffin journaliste au Monde diplomatique, fondateur du journal Fakir et chroniqueur à « Là bas si j’y suis ».


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois