Laïla et sa fille ont le droit de vivre à Brest !

mercredi 16 mai 2012

Le 29 février dernier, Laïla et sa petite fille de 3 ans Inès étaient convoquées au commissariat en vue d’être expulsées vers le Maroc. Suite à une mobilisation, les autorités se sont contentées de les « assigner à résidence » pour une durée de 45 jours.

Laïla est arrivée en France en 2006 pour suivre ses études. Après l’obtention d’un master professionnel en chimie, elle a trouvé du travail. Mais son titre de séjour n’ayant pas été renouvelé, elle a perdu le droit de travailler. En 2008, Laïla a eu une petite fille, Inès, née en France et scolarisée à l’école Bellevue à Brest.

Depuis le 29 février dernier, Laïla doit se présenter au commissariat Colbert tous les deux jours pour signer un registre de présence (comme les criminels en liberté conditionnelle ?) Le 12 avril dernier, cette assignation a été renouvelée pour 45 jours. La préfecture ne démord pas de son objectif initial : l’expulsion.

Cette peur de l’expulsion que la préfecture manie comme une épée de Damoclès envahit leur quotidien et empêche Laïla et sa fille de faire tout projet d’avenir. D’autant plus que la petite étant née hors mariage, cette expulsion mettrait leur vie en danger, le Maroc étant un pays où les islamistes sont des plus puissants et où la charia fait office de loi.

Laïla et Inès vivent en France et doivent pouvoir y rester ! Parce qu’elles y ont construit leur vie, parce qu’elles y ont leurs amis et leurs copains, nous refusons leur expulsion. Parce que cette situation de précarité et d’insécurité quotidienne n’a que trop durée, SUD   éducation soutient le mouvement de solidarité qui s’est organisé pour que Laïla et Inès obtiennent des papiers.

Solidarité avec les sans papiers !


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois