Peillon tire les oreilles de l’enseignement catholique… mais continue à remplir les troncs des écoles privées !

lundi 11 février 2013

Notre fier ministre a tancé benoitement les dirigeants de l’enseignement catholique qui veulent « débattre » dans les écoles du mariage pour tous. Ce qui a eu pour effet de réveiller le Chatel en sommeil, qui s’étonne : "Le gouvernement veut-il ressusciter la guerre scolaire ?". Humour ? Mauvaise foi ? Méconnaissance du sujet ? Le seul sujet qui pourrait rallumer (et non ressusciter) une guerre scolaire, serait de revenir sur tous les avantages financiers consentis depuis 1959 au mépris de la loi de 1905, y compris par l’étonné ex-ministre.

Plus de 10 milliards d’argent public...

Depuis la loi Debré (1959), aggravée par les lois Guermeur (1977) et Carle (2009), les dépenses de fonctionnement des classes (salaires des enseignants + forfait par élève) des établissements privés (à 95 % confessionnel) ayant passé un contrat d’association avec l’Etat « sont prises en charge dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l’Enseignement public » (article 4 de la loi du 31 décembre 1959 aujourd’hui article L 442-5 du Code de l’éducation) ; pour les établissements privés du 1er degré ayant passé un contrat simple, les salaires des enseignants sont aussi payés par l’Etat, mais il n’y a pas d’obligation de financement pour les communes. Pour l’enseignement agricole, c’est la loi Rocard (1984) qui a assuré à l’enseignement privé agricole, essentiellement catholique, la parité avec l’enseignement public en reprenant les mêmes dispositions que la loi Debré.

Pour le seul budget de l’Etat, au moins 8 milliards d’euros d’argent public (10 milliards en comptant les collectivités locales) seront dévolus à l’enseignement privé pour l’année 2013 pour la rémunération des 137 022 professeurs qui y enseignent, pour les 5 000 professeurs des établissements privés agricoles, pour le forfait d’externat, pour les dépenses d’intervention (enseignement supérieur). L’Etat et les collectivités territoriales payent quasiment tout…

….mais l’appétit vient en mangeant !

Car pour Eric de Labarre Secrétaire Général de l’Enseignement catholique, il y a une « insuffisance du financement public » et des forfaits (ou subventions) d’Etat et de collectivités locales «  sous évalués » par rapport aux besoins. On croit rêver ! A l’heure où certains poussent des cris d’orfraie parce que l’enseignement catholique participe de la mobilisation des Evêques contre le mariage pour tous, (nos dirigeants s’aperçoivent soudain que l’enseignement catholique est ….. catholique !!!), pour nous, le scandale réside dans le fait que l’enseignement privé, au mépris de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905, continue de percevoir des milliards de fonds publics détournés de leur mission d’origine : le service public d’Education.

Le combat laïque aujourd’hui est d’exiger l’abrogation de la loi Debré, mère de toutes les lois antilaïques ! La loi Debré supprimée, il ne restera plus rien de tout l’édifice antilaïque et antirépublicain.
Agissons ensemble pour l’Abrogation de la loi Debré ! Tels sont nos voeux laïques pour l’année nouvelle !


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois