Réforme des "rythmes" scolaires : Grande dérégulation pour les personnels

vendredi 7 juin 2013

La réforme des rythmes scolaires de Peillon vise à faire passer le temps de classe dans les écoles, pour les enseignants et les élèves, de 4 jours à 4 jours et demi. A la rentrée 2013 OU à la rentrée 2014. Le texte de la circulaire prévoit que le temps de classe journalier sera limité à 5h30… OU pas ! la demi journée sera limitée à 3h30… OU pas ! la demi-journée supplémentaire sera le mercredi matin… OU pas ! Elle prévoit la mise en place de TAP, activités péri-éducatives culturelles ou sportives… OU pas ! Ces activités seront gratuites… OU pas ! Comme on le voit, les organisations proposées par les communes seront extrêmement variées. Elles sont et seront " négociées " entre les pouvoirs locaux et l’administration académique, qui se trouve doublement poussée à accepter les projets qui lui sont soumis : d’une part par le ministère qui veut " faire du chiffre ", quitte à ne pas être très regardant sur la compatibilité des projets avec le cadre de la circulaire ou les contenus des TAP, et d’autre part les élus locaux qui cherchent à imposer leurs projets par leurs réseaux d’influence. La conséquence de cette variété est qu’il n’y a plus de cadre national, mais des organisations locales très différentes.

Demandes de temps partiel "à l’aveugle"

Nous voyons ainsi apparaître progressivement les conséquences de cette explosion du cadre national du fonctionnement des écoles. Depuis quelques années, les collègues du premier degré participent au mouvement départemental "à l’aveugle", c’est à dire qu’ils demandent des postes sans réellement savoir s’ils seront vacants. La nouvelle réforme des rythmes scolaires met maintenant en place des demandes de "temps partiel à l’aveugle" ! En effet, il n’est plus désormais possible de demander un mi-temps (50%) ou un 75% quand on est dans une école ouverte 4 jours et demi par semaine. Les collègues souhaitant un temps partiels demanderont un nombre de demi-journées libérées.

Et pas moyen de se libérer uniquement le mercredi matin, par exemple, il est seulement possible de demander deux ou quatre "demi-journées libérées". Mais comme les demi-journées ne sont pas équivalentes (plus longues le matin, plus courtes l’après-midi), il est impossible de savoir au moment de la demande de temps partiel combien d’heures on va effectivement travailler, et par conséquent, quel salaire on va avoir à la fin du mois. En demandant 2 demi-journées, on va travailler et être payé entre 71 et 79 % d’un temps plein. En demandant 4 demi-journées, on sera dans une fourchette entre 50% et 71%. On pourra donc se retrouver, un peu par hasard, à mi-temps… mais avec 5 demi-journées travaillées toutes les semaines !

Qui va décider et quand ?

Le choix des demi-journées est renvoyé à l’organisation des équipes des écoles. Et comme beaucoup d’écoles ne connaissent la composition complète de leur équipe qu’à la fin de l’été, cette information parviendra très tard. Chacun imagine à l’avance l’ambiance dans les équipes avec beaucoup de collègues à temps partiels au moment où il faudra choisir qui est libéré le matin, l’après-midi, ou par journée entière… Comment mettre tout le monde d’accord de façon équitable  ?

Et c’est même un accord entre différentes écoles qu’il faudra trouver, quand les collègues qui complètent les temps partiels et les décharges de direction ont un emploi du temps, comme souvent, partagé entre plusieurs écoles ! Dans l’urgence, l’administration va tenter de mettre en place quelques règles pour sortir de ce casse-tête, mais parions qu’elles seront insuffisantes et inapplicables, et que les ambiances de certaines écoles s’en verront significativement dégradées !

La liste des complications qui n’avaient pas été anticipées souligne la légitimité de la revendication que SUD éducation a formulé ces derniers mois : reporter d’un an cette réforme afin de réfléchir à sa faisabilité, d’envisager les retouches indispensables au texte ministériel et même de le réécrire complètement !

Les situations conflictuelles s’annoncent donc très nombreuses et lourdes de conséquences. Au final, ce seront les IEN qui trancheront en fonction de priorités floues, variant d’une circonscription à l’autre. Les hiérarchisations implicites entre les personnels ont donc beaucoup d’avenir ! Nous appelons ça de l’arbitraire, alors que pour notre hiérarchie, il s’agit de "nécessités de service". Pour organiser votre vie sur le temps libéré par votre temps partiel, ne faites pas trop de projets tout de suite !

Des RTT dans l’Education Nationale ?

Il ne s’agit pas de "réduction du temps de travail", mais de "récupération du temps de travail". C’est ce qui attend les remplaçants. A partir de l’année prochaine, les remplaçants seront envoyés sur des remplacements sans tenir compte de l’organisation hebdomadaire ou journalière des écoles. Il sera ainsi possible de travailler… 6 jours ! Les demi journées de classe étant de longueurs différentes dans chaque commune, les secrétaires de circonscription auront pour mission de tenir le compte des heures travaillées par chaque remplaçant. Quand un remplaçant aura dépassé son volume horaire prévu, il pourra le décompter de ses "108h Darcos" et/ou obtenir des demi-journées libérées. Cette organisation, est, elle aussi, laissée à la bonne volonté des IEN !

Ce qui est plus stupéfiant encore c’est de constater l’autisme de l’administration, qui le nez dans le guidon de la réforme et le doigt sur la couture du pantalon, n’entend pas et ne voit pas les difficultés à venir, les reculs des droits des salariés, les dégradations des conditions de travail.

Car cette réforme des rythmes scolaires est synonyme de dérégularisation pour les personnels : pour nous à SUD éducation, il est évident que l’explosion des cadres réglementaires nationaux, que ce soit pour l’ANI ou la réforme Peillon est une régression grave de nos droits et de nos conditions de travail. Nous ne pouvons laisser les maires ou les IEN décider de nos horaires, de nos conditions de travail.


Agenda

<<

2023

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois