Nouveaux programmes dans le 1er degré : Rejetons les programmes Darcos en bloc !

jeudi 3 octobre 2013

Nous nous souvenons toutes et tous de la « concertation » sur les programmes organisée en 2008 par Darcos, célèbre fraudeur aux sujets du bac. Pendant que les enseignants réfléchissaient, les rotatives des imprimeurs tournaient à plein régime pour sortir les nouveaux manuels ! Les programmes étaient déjà rédigés, par un quarteron de déclinologues plus connus par leurs pavés de rentrée « Tout fout le camp, le niveau baisse, c’est la faute de mai 68 et de la pédagogie » ou leurs omniprésence médiatique, que par leurs écrits pédagogiques  ! Ils furent récompensés par quelques breloques honorifiques. Alors que les enseignants qui avaient planché pour rien assistaient à la mise en place de programmes stupides et à la suppression massive de postes.

Des programmes réactionnaires

Unanimement condamnés pour leur indigence, leur idéologie réactionnaire, fantasme d’un retour à un âge d’or de l’école qui n’a jamais existé, ils favorisent les apprentissages mécaniques, installent l’évaluation et la performance généralisées, accompagnées du livret de compétence, qui plus tard suivra l’élève dans sa vie professionnelle comme l’antique livret ouvrier du patronat du XIXe siècle. Aujourd’hui notre bon ministre dans son immense mansuétude nous consulte à nouveau sur les futurs programmes. Il nous demande d’ici le 18 octobre d’opérer un tri sélectif dans les programmes de 2008, c’est à dire de trier dans les inepties darcosiennes ce que nous pourrions conserver et ce qu’il faut changer. Soyons cohérents : il ne s’agit pas de chipoter sur telle ou telle compétence. Il s’agit de rejeter dans sa globalité ces programmes réactionnaires et simplistes qui nient toute intelligence. Non monsieur Peillon, nous ne repêcherons pas la copie de Darcos et de ses amis anti-pédagogistes. Ne perdons pas notre temps à éplucher des programmes d’un autre temps, avançons dans la réflexion sur les nouveaux programmes ! Rejetez en bloc les programmes de 2008.

Un questionnaire biaisé

Nous demandons de nouveaux programmes qui prennent en compte la réalité, la recherche en didactique et en pédagogie et les savoir-faire des acteurs de terrain, nous les enseignants ! Le questionnaire fait complètement l’impasse sur toutes les réflexions, propositions, projets élaborés par les mouvements, les penseurs, les organisations progressistes. Mais surtout, il fait l’impasse sur l’évolution de la société. Que sera la société dans 20 ou 30 ans ? Que seront les citoyens ? Quel homme veut-on former pour quelle société ? Comment penser aujourd’hui les programmes, les pratiques, l’évaluation (et pas le contrôle), sans prendre en compte : l’évolution des savoirs de l’humanité et de leur diffusion, l’explosion du numérique, le besoin prioritaire de pédagogie.

Un pari sur l’intelligence

Le chantier des nouveaux programmes n’a pas besoin d’exécutants dociles sans cesse contrôlés par des contremaîtres, mais de professeurs d’intelligence ; cela exige de la confiance, un pari sur l’intelligence des acteurs, de la liberté et si possible de l’enthousiasme.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois