En grève jeudi 18 octobre pour la défense des services publics

jeudi 27 septembre 2007

Après un été de mauvais coups (lois sur l’autonomie des universités, le service minimum, la récidive…), le gouvernement ne nous laisse aucun répit et multiplie les fronts : forcing sur les expulsions et l’enfermement de sans-papiers, tarissement annoncé du budget pour l’Éducation nationale, non-remplacement d’un départ sur deux d’ici 2009 dans la Fonction publique, vote d’une nouvelle loi sur l’immigration, ignoble, avec fichage ADN des postulants à l’immigration « choisie » et enfin, le discours de Sarkozy au Sénat le 19 septembre, n’annonçant rien de moins que la désintégration de la Fonction publique. La suppression de 22843 postes en 2008 et l’annonce de la poursuite à ce rythme infernal durant trois ans s’accompagne de la casse du « carcan des statuts » avec l’introduction de contrats de droit privé « de gré à gré », l’achat des démissions via un « pécule » d’incitation au départ. L’atomisation… mais toujours aucune compensation de la baisse de pouvoir d’achat des enseignants de 20 % en quinze ans !

Toutes et tous en grève le 18 octobre pour mettre un coup d’arrêt à cette politique

La révolution culturelle annoncée par Sarkozy, c’est la fin du service public et la mainmise de la loi du fric sur nos vies ! SUD   Éducation 29 estime que la construction d’une mobilisation s’inscrivant dans la durée est la seule réponse efficace aux attaques actuelles contre les solidarités acquises par un siècle de luttes. Elle veut pour cela inscrire son action dans la construction d’une grève générale interprofessionnelle. Elle poussera donc à cette action en intersyndicale, pour toutes les catégories de personnels. Il faut que chacun de nous agisse, là où il est, pour construire la mobilisation. Nous sommes tous concernés par la remise en cause de nos retraites, de notre sécurité sociale, par le droit à des services publics de qualité. Jeudi 18 octobre, nous appelons les personnels à faire grève et à rejoindre les mobilisations annoncées : le 18 octobre ne doit pas être une journée sans lendemain, mais la première étape de la construction du vaste mouvement unifiant les salariés, la jeunesse, les précaires, les chômeurs, seul capable de mettre en échec la politique gouvernementale. Parce que nous sommes tous concernés, c’est tous ensemble que nous devons répondre par la grève pour :

  • L’abrogation de la loi sur le service minimum ;
  • Une augmentation uniforme des salaires dans le secteur privé comme dans le secteur public ;
  • Le retour aux 37,5 annuités pour tous/toutes et la suppression de toutes les décotes.

journal octobre 2007

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois