Peillon, l’échec !

jeudi 15 mai 2014

S’il est un chiffre significatif de l’échec retentissant de la réforme des rythmes scolaires Peillon, c’est celui des écoles qui entrent dans le cadre dérogatoire de la mise ne place à la rentrée prochaine : 62% ! Presque 2/3 des écoles ne respecteront pas les rythmes des enfants pour pouvoir mettre en place des Temps d’Activités Péri-éducatifs (TAP  ) voulus par Peillon, sans financement solide et durable. L’usine à gaz des TAP   en régime dérogatoire produit l’inverse de l’effet attendu : un alourdissement de la semaine scolaire, une fatigue accrue, et à terme plus d’échecs scolaires.

Ce n’est que la pointe de l’iceberg de l’échec du ministre Peillon, ministre sans poigne, sans envergure, sans moyens, incapable de tenir ses engagements. Au final, il laisse un chantier en ruine : celui de l’école ravagée par Darcos et ses successeurs, où libéralisme et austérité règnent toujours en maitre.

La refondation est une coquille vide, un slogan de campagne sans conséquence. Les re-créations de postes sont invisibles ; postes perdus encore dans le premier degré et toujours des heures sup’ dans le second degré, dans le Finistère, à cette rentrée. Les nouveaux programmes ont été renvoyés aux calendes grecques, les RASED mis sous le tapis. La formation initiale est inféodée aux Universités, qui en définissent les moyens et les contenus, forcément pauvres quand une université sur deux est en quasi faillite. La formation continue devient virtuelle, avec un m@gistère... vide de contenu !

Peillon poursuivra sa carrière de politicien, toujours à la pêche aux mandats électifs juteux, quand nous continuerons à écoper le naufrage qu’il n’a pas su éviter.