Journée de prérentrée : Un marché de dupes

mercredi 4 juin 2014

  Sommaire  
Journal juin 2014

 Les articles

« Ces fainéants d’enseignants ont encore obtenu un peu plus de vacances ! ». Voilà, en caricaturant, ce qu’on a pu lire ou entendre dans les medias après l’annonce du recul de la pré-rentrée du vendredi 29 août au lundi 1er septembre.

Petits fours et double discours

La nouvelle a été claironnée par deux syndicats du secondaire, comme s’il s’agissait d’une avancée sociale majeure, d’une revendication cruciale portée par l’ensemble des salariés de l’Education Nationale. Et qui plus est, le jour même ou les personnels de la Fonction publique étaient en grève pour la revalorisation de leurs salaires, comme si la perte du pouvoir d’achat, le gel du point d’indice avaient été échangés contre une journée d’été en plus.

Mais qu’est-ce que c’est que ce syndicalisme-là, que ces tractations entre copains, dans les antichambres du ministère, entre deux petits fours et une flûte de champ’ ? Qu’est-ce que c’est que ce mépris pour la base, qui, ce jour-là, bat le pavé et perd une journée de salaire ? Qu’est-ce que c’est que cette conception du syndicalisme où quelques permanents décident seuls ? D’un côté, on aurait un discours sur la réduction des grandes vacances pour de meilleurs rythmes scolaires, et de l’autre on chipoterait avec le Ministre sur une journée de pré-rentrée au mois d’août ? Un discours pour l’adhérent et un pour le ministre ? Mais quel mépris !

Le poids du corporatisme

Quel mépris pour les personnels administratifs et ouvriers qui recommencent fin août ! Quel mépris pour les enseignants du primaire, qui font depuis longtemps 2 journées de pré rentrée ! Quel mépris pour les familles, qui auront repris le travail et qui devront trouver un mode de garde pour leurs enfants !
Ce mépris a un nom : le corporatisme ! Il jette le discrédit et la honte sur tout le monde éducatif.

La faute à l’informatique ?

Et que dire des justifications du Ministère ? « Le logiciel de gestion n’est pas prévu pour faire démarrer les contrats en août ». On se moque vraiment de nous ! Il y avait des excuses plus crédibles : le réchauffement climatique, une invasion de sauterelles,… La réalité, c’est que le ministre cherche à acheter la paix sociale : un jour d’août contre le « calme syndical ».

Pour une alternative syndicale

A coté de ces syndicats qui font de la cogestion un clientélisme corporatif, il y a SUD   éducation ! Parce que nous sommes un syndicat démocratique, qui prend ses décisions en assemblée générale, qui fédère tous les personnels de l’Education nationale de la maternelle à l’université, enseignants et non-enseignants, titulaires et précaires. Parce que nous ne faisons pas du syndicalisme un fond de commerce, mais un instrument d’émancipation sociale.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois