Défendre la Sécu contre le pacte de responsabilité

mardi 7 octobre 2014

  Sommaire  
Journal octobre 2014

 Les articles

Sous couvert de « dette », les services publics et la protection sociale deviennent des variables d’ajustement des politiques d’austérité. Le budget 2015 de la Sécurité Sociale présenté par le gouvernement nous permet de mesurer l’ampleur de l’attaque contre la protection sociale.

Le plan d’économie concernent tous les domaines : santé, action sociale, retraites, politique familiale, systèmes de sécurité sociale, assurance chômage. Alors qu’une grande partie de la population n’a plus accès aux soins et y renonce. Alors que les dépassements d’honoraires et les déremboursements des soins coûtent de plus en plus cher. Alors que la désertification sanitaire s’amplifie par la fermeture d’hôpitaux et de services de proximité.

Dans le même temps les réponses sociales, pour garantir les droits de la population, ne sont plus à la hauteur des enjeux (diminution drastique des budgets sociaux). Les politiques d’austérités aggravent la précarité et créent une misère croissante. Le « trou de la Sécu » comme la dette de l’Etat dont on nous rabâche les oreilles sont en grande partie liés non pas à l’augmentation des dépenses, mais au manque de recettes.

60 milliards de fraude et d’évasion fiscales : stop ou encore ?

Combien faudra-t-il d’affaires Cahuzac, HSBC, Offshoreleaks, Clearstream... pour que le gouvernement prenne des mesures à la hauteur des enjeux ? Peut-on continuer à éluder la question du niveau des recettes fiscales, à refuser un réel big bang fiscal, à ne pas intensifier la lutte contre la fraude ?

Les déficits publics ne doivent pas servir à justifier l’austérité sans fin. Il est possible de lutter efficacement, en France et au niveau international, pour éradiquer durablement la fraude et l’évasion fiscales.

En France, s’engager sans attendre sur cette voie permettrait de récupérer, chaque année, entre 60 et 80 milliards d’euros de recettes publiques !

Contre le pacte de responsabilité

Ce pacte antisocial se traduit par 41 milliards de cadeaux aux patrons sans aucune contrepartie. Il n’y a aucun engagement de la part du patronat de créer des emplois. Il se traduit par des exonérations massives de cotisations sociales qu ne sont jamais compensées par l’Etat : comment au final la Sécu pourrait-elle ne pas être en déficit ?

Le 16 octobre, journée de mobilisation intersyndicale contre le projet gouvernemental de loi de financement de la Sécurité Sociale.
Brest, Quimper, Morlaix, Carhaix, Pont-L’Abbé, Quimperlé, Douarnenez...


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301