Salauds de vieux

Retraites
vendredi 15 janvier 2010

C’est vrai, un retraité ça ne fout rien, mais ça bouffe, ça se goberge même, pire ça vit aux crochets des autres…

Toujours prompt à dénoncer ces odieux privilèges qui sont un chancre sur le pur visage de notre pays, le gouvernement a décidé d’y mettre le holà. En annonçant une nouvelle réforme des retraites. 2Fini de rigoler !2 Darcos vient d’annoncer la couleur. D’abord, il y a trop de vieux, ça l’inquiète le Darcos, parce que tous ceux-là, ils mettent en péril « l’équilibre des retraites ». Tu penses !

Gloutons comme ils sont, touchant parfois jusqu’à des 237 euros de minimum vieillesse par mois, ils creusent avec entrain le déficit public, 25 milliards en 2020, 50 en 2050… Roulez vieillesse.

Heureusement, Darcos est là. Lui, il a des idées, « une multitude de pistes » même. Toutes plus originales les unes que les autres : « soit on allonge la durée des cotisations, soit on diminue les prestations, soit on augmente les cotisations ». Encore que cette dernière solution, elle ne soit pas trop au goût du Darcos. C’est vrai qu’elle est injuste. Il va falloir encore pressurer les Bouygues, les Bolloré, les Dassault et toutes ces victimes de l’acharnement fiscal. Déjà, ils sont exsangues d’avoir tant donné. Bien sûr, même s’il n’a pas de « solutions clé en mains », il a quand même une petite idée, le Darcos. Faire travailler les vieux plus longtemps, « faire sauter le tabou de l’âge de la retraite », 62 ans, 65 ans… Et, puisqu’on y est, on peut mieux faire encore. Remplacer la retraite par répartition par un système de points capitalisés tout au long d’une carrière professionnelle, voilà qui permet de se débarrasser de l’âge légal de la retraite. Celui qui veut accumuler des points aura le bonheur d’avoir le droit de bosser jusqu’à 70, 80 ans ou plus s’il a la chance d’être centenaire…

Plus tu auras travaillé longtemps plus ta part du gâteau annuel dévolu aux pensionnés sera grosse. Ce n’est peut-être pas de la solidarité (cette vieillerie) mais c’est de « l’équité » (ça, ça fait moderne). 2La tactique « équité », tic-tac, tic-tac2 Or, l’équité c’est le souci majeur du gouvernement. Parlons des fonctionnaires par exemple, il faudra revoir leurs pensions « en raison de l’objectif d’équité entre régimes qui est au cœur de l’engagement du Président de la République ». Bien sûr, une retraite calculée sur la base du salaire mensuel des six derniers mois, c’est encore un privilège à éradiquer.

Alors, qui oserait nier à Darcos un sens aigu de la justice sociale ? Quelques fâcheux, peut-être. Il en est qui ne manqueront pas d’affirmer :

  • que de telles réformes visent d’abord à remettre en cause un système de protection sociale gagné par les salariés il y a plus de soixante ans ;
  • que le but visé par la réduction des pensions, c’est l’augmentation de la part des richesses accaparée par le capital aux dépens du travail. 2Mais qui va les écouter ?2 Probablement, quelques syndicats appelleront-ils à faire barrage à tous ces progrès, par des mobilisations à la base, par des luttes pour que soit sauvegardé ce qui reste de protection sociale. Dès maintenant, ils voudront mener campagne en disant que les batailles se gagnent en amont et d’abord sur le plan des idées. Ils évoqueront le souvenir de décembre 1995 pour répéter que ce n’est pas une grève de 24 heures tous les trimestres qui fera reculer Darcos et ses complices. Ils proposeront la constitution d’un large front des salariés et l’unité des organisations syndicales pour entamer la grève générale reconductible…

Salauds de grévistes !


Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois