Contre la casse des retraites, contre l’appauvrissement des retraité.e.s, en grève jeudi 5 décembre !

vendredi 15 novembre 2019

Journal novembre 2019

Appuyé sur le rapport Delevoye publié en juillet 2019, le gouvernement et le président de la république veulent imposer au plus grand nombre un nouveau recul social en matière de retraite.
Cette nouvelle étape de destruction vient s’ajouter à la réforme de l’assurance chômage qui risque de faire tomber dans la pauvreté des milliers de personnes quand 85% des embauches sont en CDD, dont 60% de moins d’un mois.
Nous rejetons le projet de régime « universel » par points car ce système ne garantit aucun niveau de retraite puisque le montant de la pension dépendra de la valeur du point, décidée par le gouvernement au moment où on partira en retraite, et revue chaque année. Seul le niveau de cotisation est défini. Le régime « universel » par points c’est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires qui prennent en compte les spécificités professionnelles ou les contraintes particulières des différents métiers . C’est aussi la suppression de dispositifs de départs anticipés liés à la pénibilité pour un nombre non négligeable de travailleurs/ses.
Nous rejetons l’allongement de la durée de vie au travail. L’instauration d’un âge pivot à 64 ans en dessous duquel un départ sera puni d’une nouvelle décote constituerait un véritable recul de l’âge de la retraite. L’allongement de la durée de cotisation, c’est exactement la même chose. Dans un cas comme dans l’autre, c’est le travail à vie quand des millions de jeunes aspirent à trouver un emploi. Si les anciens travaillent plus longtemps , les jeunes seront plus longtemps chômeurs, chômeuses ou précaires.
Nous rejetons le calcul du niveau de pension sur l’ensemble de la carrière plutôt que sur les meilleures années, ou les 6 derniers mois dans la fonction publique. Cette méthode de calcul pénaliserait encore davantage les plus petits salaires, celles et ceux qui ont subi le temps partiel, les périodes de chômage ou de précarité. Cette méthode de calcul creuserait encore les écarts au détriment des femmes.

Cette réforme est une réforme contre notre système solidaire de retraites.

Elle baisserait une fois de plus le niveau de pension de toutes et tous. Elle vise à pousser celles et ceux qui ont encore un salaire suffisant vers les systèmes d’assurance privée où chacun joue sa retraite en bourse, les autres devant se contenter d’un minimum baptisé « universel ».

Les vieux dans la misère …
De cette société là, on n’en veut pas.

Salarié.e.s, fonctionnaires, actifs/ves, retraité.e.s, chômeurs/ses, étudiant.e.s, syndiqué.e.s, non syndiqué.e.s, militant.e.s associatifs/ves ou politiques, Gilets Jaunes, rouges ou verts, hommes et femmes attaché.e.s au progrès social, nous voulons nous battre dans l’unité par des actions, des manifestations, des grèves avec l’ensemble des forces sociales pour une retraite digne qui s’inscrit dans la continuité du salaire.

  • Pour la retraite à 60ans.
  • Pour une pension à 75% du revenu d’activité. Pas de pension inférieure au Smic.
  • Pour une durée de cotisation à 37,5 ans.
  • Pour la ré-indexation des retraites sur le salaire annuel moyen.
  • Pour la prise en compte des années d’études, de formation et de recherche d’emploi.

A la RATP comme à l a SNCF, la reconduction de la grève sera à l’ordre du jour. Les syndicats doivent s’inscrire dans cette logique pour gagner et faire reculer le gouvernement. Nous appelons les personnels à multiplier les réunions pour préparer la grève, échanger sur les suites immédiates à lui donner et à préparer un mouvement d’ampleur pour s’opposer à cette attaque en règle.


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345