Les effets de la loi Fillon de 2003 dans l’éducation nationale

Retraites
jeudi 22 avril 2010

Conséquences de réforme Fillon

En 2003, il y a eu une nette augmentation des départs en retraite dans toutes les catégories.

Des femmes ont anticipé leur départ après avoir pris connaissance d’un durcissement des conditions d’obtention de la bonification de durée des services d’un an par enfant. D’autres ont voulu éviter les effets de la décote qui se met en place en janvier 2006. De 0,125% par trimestre manquant en 2006, elle doit passer à 1,25% en 2015. Elle sert à réduire la pension (30% des enseignants du premier degré touchés par la décote en 2007), elle risque aussi de nous empêcher de partir avant d’avoir atteint l’âge limite (âge auquel la décote ne s’applique plus… 63 ans en 2012).

En moyenne sur l’ensemble des départs en retraite du secteur, l’âge de départ a augmenté d’un an entre 2000 et 2007. Dans ce cadre, la retraite à 55 ans pour celles et ceux ayant exercé 15 ans comme instituteur(trice) devient un souvenir… Les années d’études font que la retraite à 60 ans apparaît souvent comme une fiction. 60 ans reste pourtant un repère important, c’est à partir de là que s’évalue l’âge limite.

Les effets du projet de réforme en cours

Si l’âge de la retraite recule, l’âge limite recule et les possibilités d’obtenir une pension complète s’amenuisent. Autre point d’affrontement, le gouvernement voudrait imposer la référence aux 25 meilleures années comme dans le privé et casser la référence aux 6 derniers mois comme base de calcul des pensions. Dans un secteur qui a beaucoup recruté dans les années 80, la casse des retraites provoquerait une paupérisation réelle.

Il est donc important de militer pour la validation des périodes de chômage et d’étude dès l’âge de 18 ans et pour la suppression de toutes les décotes.


Agenda

<<

2023

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois