Déclaration liminaire - CTSD du 15/03

jeudi 15 mars 2018

Déclaration de Sud   éducation29 au CTSD   du 15 mars 2018

Madame la Directrice Académique des Services de l’Education Nationale, mesdames et messieurs les représentants de la DSDEN.

Au terme d’un processus dont on peut se demander à quoi il aura servi sauf à entretenir l’illusion de la concertation, le ministre de l’Education Nationale a fait connaître ses choix concernant la réforme du bac et du lycée. Un bac maison, dans un lycée à la carte, pour parvenir à un tri social au service des plus favorisés, doit-on s’en étonner tant il ne s’agit que de l’application à la lettre des doléances sociales des groupes de pressions les plus influents à l’oreille des décideurs ?

Un bac maison, assis sur l’extension du contrôle continu et des partiels corrigés par les enseignants de l’établissement pour les matières du socle commun, dont on va casser la valeur symbolique et nationale en la reliant aux contingences locales d‘établissements . Voilà un choix taillé sur mesure pour mettre fin aux diplômes, aux qualifications reconnues dans les conventions collectives, ainsi que pour consolider le virus de la concurrence entre les établissements.

Des lycées à la carte, dans lesquels chaque élève portera seul la responsabilité de sa destinée. Un lycée à la carte qui comprendra des parcours liés à des spécialités particulières, pour faire de l’élève l’auto-entrepreneur de sa scolarité, toujours plus exposé aux conséquences de ses choix, réussis comme ratés. Avec des volumes horaires réduits, on voit bien que tout est fait pour retirer aux plus défavorisés les moyens de surmonter les handicaps liés aux inégalités d’héritage culturel.

Une réforme pour extraire le bon grain social de l’ivraie, en adaptant le lycée et le bac aux exigences de l’accès aux études supérieures via parcoursup, cet outil merveilleux qui va transformer le droit de chacun à avoir des ambitions et à les réussir en un privilège d’élu possédant l’ensemble des codes, et qui sauront appréhender les parcours avec tout l’arsenal du CV ronflant aux yeux des établissements du supérieur. L’objectif de tri social ne revient qu’à offrir la réussite aux plus favorisés en organisant sciemment l’échec des défavorisés par l’origine sociale. Le virage réactionnaire se concrétise, après le virage concurrentiel et budgétaire.

Pour Sudéducation29, l’heure est à la lutte contre cet ensemble sinistrement cohérent, pour un lycée égalitaire autour du maintien du baccalauréat dans un cadre national et comme premier grade universitaire.

Il va de soi que pour le reste, l’évolution des moyens pour le service public d’éducation, le ministère s’aligne sur l’évolution des fins poursuivies. Diminutions des postes aux prochains concours enseignants, recours accru aux contractuels, pressions régressives sur les contenus et les pratiques pédagogiques, remise en cause du statut des enseignants, le service public d’éducation est totalement exposé au plan de dynamitage de la fonction publique. Nous écrivions en 2016, et nous joignions le geste à la parole, que les fonctionnaires devaient faire front avec les salariés du privé contre la loi travail tant il était évident que la fonction publique serait la prochaine sur la liste, au nom d’une conception étrange selon laquelle les statuts et les droits socioprofessionnels seraient des privilèges pour les fonctionnaires. On connaît la bonne fortune qui a été pendant ce temps-là l’apanage des actionnaires et de l’oligarchie. Mais non, les privilèges ne concernent que les fonctionnaires, les salarié-es modestes, les retraité-es, les étudiant-es parmi d’autres aux yeux du pouvoir !

Plans de départs volontaires, recours accru aux contractuels, ne laissons pas détruire le bien commun qu’est le service public et remettons le progrès social au centre de notre horizon collectif ! Nous appelons à la grève le 22 mars prochain avec plusieurs autres organisations syndicales de la fonction publique pour revendiquer l’arrêt des suppressions d’emplois, des hausses de salaires, la titularisation des contractuels, l’égalité professionnelle, l’abrogation du jour de carence, la défense du système de retraite par répartition.

Contre l’offensive tous azimuts du gouvernement contre les salarié-es, nous devons réussir la mobilisation la plus importante possible le 22 mars !


Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois