Élèves sans-papiers : des devoirs avant des droits ?

vendredi 28 mai 2021

Interpellé à Nevers le 21 mai sur la situation des sans­-papiers, Macron s’est fendu de cette phrase, d’un cynisme révoltant : « vous avez des devoirs avant d’avoir des droits », et d’ajouter que "la France était un pays « généreux »", que « les choses se passeront bien si chacun fait son devoir. Il y a du travail pour tout le monde qui veut en avoir. » Lorsqu’un sans­-papier lui répond qu’il attend depuis huit ans, Macron, dans son mépris, persiste et signe : « Ça veut dire que vous ne remplissez pas les critères. On prend notre part, mais on ne peut pas accueillir tout le monde ». Deux ans et demi plus tard, on n’oublie pas le refus honteux de la France d’accueillir l’Aquarius à Marseille, ni la surenchère de Darmanin sur l’immigration, donnant du Rassemblement National une imitation plus vraie que nature.
Est­-ce cela la générosité de la France ?
Qu’en est-­il des élèves en situation irrégulière ?

Établissements scolaires : des refuges ?

Malheureusement, les établissements scolaires sont loin d’être des refuges efficaces contre la générosité du pays des droits humains. Depuis près de vingt ans, certaines préfectures n’hésitent plus à utiliser l’école comme piège pour interpeler les enfants et leurs parents, avant de les enfermer en centre de rétention dans l’attente de leur expulsion. Pour savoir dans quel établissement elle pourra trouver sa cible, la préfecture contacte les inspections d’académie pour qu’elles diffusent des avis de recherche. Sur ces avis, d’ordinaire utilisés pour retrouver des enfants en danger, la préfecture se garde bien d’indiquer l’objet de la recherche pour éviter que les personnels de l’éducation refusent de se plier aux injonctions de délation.
Car lorsque les élèves, enseignant∙e∙s, AESH sont au courant, il∙elle∙s savent se mobiliser pour défendre leurs camarades/élèves. En témoignent les récents rassemblements et pétitions pour Sékou Diarra (lycée Lanroze), Milena et Mariami (collège de l’Harteloire)...
Grâce à ces mobilisations, les OQTF (Obligations à Quitter le Territoire Français) ne sont pas levées, mais les préfectures suspendent généralement leur mise en application. Pour les familles concernées, c’est déjà une grande victoire.

Mineur∙e∙s isolé∙e∙s

La circulaire du 25 janvier 2016 est claire : « La scolarisation des mineurs isolés étrangers âgés de six à seize ans résidant sur le territoire français relève donc du droit commun et de l’obligation scolaire, dans les mêmes conditions que les autres élèves. » La France devrait avoir à cœur d’honorer la mission de service public que constitue la scolarisation des mineur∙e∙s isolé∙e∙s. Pourtant, les prises de paroles politiques et médiatiques présentent ces derniers comme un facteur d’insécurité et de dépenses. Eric Zemmour les avait qualifiés de voleurs, violeurs et assassins sur C-News et a été condamné pour cela.
Mais lorsque le Sénat discute de ces mineur∙e∙s isolé∙e∙s, c’est à nouveau sur ce terrain qu’il s’engage, comme en atteste les récents propos du sénateur des Alpes Maritimes Henri Leroy qui va jusqu’à parler d’une « hémorragie ».

Des pratiques indignes

Il faut dire que dans ce département, les services de l’ASE appellent directement la police lorsqu’ils estiment qu’un∙e jeune n’est pas mineur∙e et, sans possibilité de recours ou de demande d’asile normalement prévue par le droit, la police expulse directement vers l’Italie. Elle viole ainsi le droit français et le droit international. C’est ce que révélait l’ONG Human Rights Watch au début du mois.
Depuis des années, la France n’a cessé d’adopter une politique ignoble sur la question de l’immigration, et tant que Darmanin trouvera le Pen « trop molle » sur ce sujet, il n’y aura rien à attendre d’en haut.
C’est grâce aux mobilisations des personnels, des associations et organisations syndicales que ce combat se joue, contre l’inhumanité de Macron, Darmanin et leur police.


Agenda

<<

2021

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois