Contre le chômage, pour l’emploi Pas de trêve électorale !

mercredi 14 mars 2012

PDF - 96.1 ko
Journal de mars 2012

Les articles

- [*Bilinguisme*] : SUD éducation et l’enseignement du Breton
- [*Conditions de travail*] : L’Education Nationale hors la loi !
- [*Assouplissement de la carte scolaire*] : Pseudo réforme mais vraie évolution des représentations
- [*Formation des enseignants*] : Réforme de la mastérisation : zéro pointé pour Chatel
- [*Personnels*] : Une aide méconnue pour les familles
- [*Billet d’humeur*] : Petite cervelle et gros melon
- [*Billet d’humeur bis*] : Tête de turc et têtes à claques


Edito

Les mesures d’austérité les plus violentes, imposées par le FMI, la BCE et la Commission européenne, se généralisent et des centaines de milliers de manifestant-es dans toutes les villes d’Europe exigent leur retrait. En France, les 5 millions de chômeurs, les 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté ne sont que les premiers effets de l’austérité qui nous frappe. Le chômage partiel, le temps partiel imposé, les emplois précaires sont présentés comme les seules solutions, et les discours politiques se succèdent, laissant patrons et banquiers poursuivre la destruction de nos emplois et de nos vies.

La colère est grande…

mais les dernières manifestations, dont celles du 29 février, sont restées timides, le cadre revendicatif insuffisant.

L’occasion d’exprimer nos revendications dans la durée et de manière suffisamment coordonnée tarde au regard de l’insécurité sociale brutalement imposée aux peuples.

Ça suffit !

C’est ce que disent des millions de travailleurs/ses, de chômeurs/ses, de retraité-es, de jeunes en formation. Ce cri de révolte doit se transformer en espoir de faire fondamentalement changer les choses. C’est pourquoi l’Union Syndicale Solidaires a initié une manifestation nationale pour l’emploi à Paris le 24 mars.

L’unité demeure nécessaire : la manifestation du 24 mars n’est la propriété de personne, nous la construisons avec tous les collectifs syndicaux et les salarié-e-s qui se reconnaissent dans l’exigence du droit à l’emploi, la lutte contre les licenciements et suppressions d’emplois.

Faisons entendre notre colère !

Face à l’austérité imposée, nous sommes toutes et tous concerné-es. Qu’il s’agisse de plans sociaux ou du non remplacement des départs, les suppressions d’emplois frappent partout et tout le monde.

Face à cela, nous devons rejeter le repli nationaliste. Contre le dumping social, nous devons lutter pour une harmonisation " par le haut " des politiques sociales dans toute l’Europe.

Hommes et femmes - souvent les premières licenciées comme en Grèce-, jeunes et vieux... nous voulons tou-te-s rappeler qu’il vaut mieux travailler moins et mieux pour travailler toutes et tous et qu’un salaire et un emploi, c’est un droit !

[|

Tous en manif
à Paris le 24 mars

|]

[*Des cars partiront de Brest, Morlaix, Quimper et Quimperlé, financés par Solidaires.*]

[*Réservez votre place gratuite en vous inscrivant par mail : *]

[| sud.education29@laposte.net |]

[*ou en laissant un message avec vos coordonnées au*] 02.98.05.12.93


Agenda

<<

2022

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois