Contre le pacte budgétaire européen Négocié par la droite hier, voté par la “gauche” demain ?

vendredi 21 septembre 2012

journal septembre 2012 - bis

Les articles

 [*Actualité*] : Les 8 dispositions principales du TSCG
 [*Actualité*] : Agir : Interpellons nos députés !
 [*Actualité*] : Les femmes, 1re victimes du TSCG
Extrait d’un appel public de femmes militantes

 [*Personnels*] : TZR peut-être, mais pas kleenex !
Droits et devoirs


Edito

Manifestation dim 30 sept. à Paris

En mars 2012, l’écrasante majorité des chefs
d’Etats des pays membres de la zone euro (à
commencer par Sarkozy et Merkel) signe le
Traité sur la Stabilité, la Coordination et la
Gouvernance
(TSCG). Ce traité impose la marche
à suivre des politiques économiques et monétaires
pour les années à venir. De ce fait, il est essentiel
et concerne des millions d’individus dans leur vie
quotidienne.

François Hollande, dans ses promesses électorales,
annonçait la non-signature du dit Traité sans
modification conséquente surtout en ce qui
concernait la Règle d’or. Nouvellement élu, il
veut désormais faire ratifier au plus vite (début
octobre) par le Parlement le TSCG plus connu
désormais sous l’appellation de Pacte Budgétaire !

Un Pacte absurde.

Tout d’abord, ce Pacte est une absurdité économique.
Vouloir diminuer le déficit des Etats ( jusqu’à
0.5% du PIB) est catastrophique. Ces derniers
pour compenser ne peuvent que pratiquer
des coupes drastiques dans les dépenses
publiques, s’interdisant tout développement ou
rénovation. De nombreux besoins ne sont plus
satisfaits (sur le plan des inégalités sociales ou l’égalité
homme-femme). La situation est plus
qu’urgente. Partout des millions d’emplois sont
en jeu. Le Diktat de l’équilibre budgétaire permanent
est un frein pour s’attaquer à la crise. Les
difficultés d’une entreprise comme PSA découlent
de l’écroulement de la demande des pays du
Sud (Grèce, Espagne). Leurs habitants font avec
un pouvoir d’achat qui rétrécit comme peau de
chagrin. Les entreprises refusent d’investir. Les
coupes sombres que connaissent leurs dépenses
publiques doivent être perçues comme des
signes avant-courreur. Les taux de chômage explosent
 : la France comptait officiellement 3 millions de
chômeurs début septembre, du jamais vue !
Il est important de signaler ici que le FMI luimême
a reconnu qu’en ramenant le déficit à 3%
du PIB en 2013 (la fameuse règle d’or dupacte
budgétaire) cela créerait 300 000 chômeurs en
plus. Qui a parlé d’absurdité ?

Quand l’insupportable est atteint.

De plus, le Pacte Budgétaire ne se contente pas
d’être une absurdité économique. Il est aussi
socialement insupportable. En multipliant les
Programmes d’Ajustements Structurels dans les
pays en difficultés (Grèce, Espagne bientôt le
Portugal voire l’Italie) , les protections traditionnelles
sont mises à mal.

Les populations les plus fragiles souvent les plus
précaires hélas (femmes, jeunes, ouvriers et
immigrés) paient le prix fort.
Plus grave, les pays du Nord, qui semblaient globalement
épargnés sont en train à leur tour "par
le miracle" du Pacte Budgétaire de perdre pied
dans une spirale impitoyable et généralisée vecteur
de pauvreté et de récession à l’échelle de
l’Europe toute entière.

Pour la première fois depuis la deuxième Guerre Mondiale le quotidien
des européens (et en particulier leur pouvoir d’achat) se
dégrade. Les enfants risquent de vivre moins bien que leurs parents
pour contenter une infime minorité de financiers qui en demandent
sans cesse davantage.

La Démocratie qui chancelle

Le TSCG est un déni de démocratie. Un non-respect de ces directives
entraînera des sanctions immédiates qui mettront le pays fautif
au ban des autres nations européennes. La Commission et les cours
européennes (non élues !) seront dorénavant les juges des budgets
nationaux. Leur rôle se limitera à rassurer les marchés financiers.
Nous ne pouvons l’accepter. L’heure est grave. Les périodes de crises
ont toujours fait le miel de l’extrême droite et de la xénophobie
dans l’histoire de l’humanité. La ratification du Traité Budgétaire
peut faire exploser la zone euro. En le refusant, la France peut donner
l’exemple et ouvrir le débat. Les parlementaires doivent prendre
leur responsabilité en votant contre.


Informez-vous !
Documents, vidéos, visuels, informations sur
les évènements prévus, ainsi que sur la manifestation
unitaire sont disponibles sur le site du
collectif stopausterite.org/


Pour aller à Paris le 30 !

Départ du Finistère nord
Le collectif brestois contre le pacte budgétaire organise un
départ en car de Brest à Paris pour la manifestation (départ
13h30 à Nation)
 départ dimanche matin 5 heures (lieu de départ à préciser
ultérieurement), avec arrêts à St Eloi et Molaix
 retour dans la nuit de dimanche à lundi vers 2 heures.
 amenez votre pique nique, votre détermination et votre
bonne humeur
 le transport est payé uniquement par la souscription et les
organisations y appelant*
 confirmez votre participation en envoyant un mail à auditdettebrest@
gmail.com avec un numéro de téléphone pour
vous joindre

Participez financièrement au déplacement :
 en priorité pour ceux et celles qui ne pourront y aller.
 le financement du voyage se fera à l’aide de cette souscription
 : chèques à l’ordre de "Solidaires manif du 30 sept", à adresser à Solidaires 2 rue Amiral Nielly 29200 Brest

Départ du Finistère sud
L’inscription se fait sur l’adresse Doodle suivante (un peu
compliquée, désolé ! )
http://doodle.com/xbnehqu5nai3pemc
Départ de Pont-l’Abbé, escales à Quimper et Quimperlé.
Merci de remplir le champ numéro de téléphone pour valider
la réservation et être joignable (données confidentielles)


Agenda

Array

<<

2024

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois