Déclaration liminaire au Cden du 13 février 2018

mardi 13 février 2018

Madame la présidente, monsieur le Préfet,

L’émotion voire l’écœurement sont vifs à Plouhinec depuis la brutale décision de fermeture du lycée Jean-Moulin. Dans l’indifférence aux réalités économiques et sociales du Cap-Sizun, la Région et les autorités académiques ont décrété la fin d’un service public d’éducation et de formation professionnelle crucial pour l’avenir de la région et de sa jeunesse.

SUD   éducation dénonce le coup terrible porté aux espoirs d’avenir d’un projet éducatif enraciné au cœur d’un territoire et porteur d’effets positifs tant sociaux qu’économiques. A Landerneau, nous dénonçons la non décision du Conseil départemental, en concertation avec l’Education nationale, de ne pas construire un 2e collège alors que celui existant est saturé, avec plus de 850 inscrits pour des bâtiments censés accueillir 650 élèves. Et la solution d’avenir n’est certainement pas la décision de revoir la sectorisation, en orientant les élèves des communes voisines vers des collèges plus éloignés. Les familles vont inévitablement se tourner vers l’enseignement catholique qui lui, n’est pas soumis à la sectorisation.

La rentrée 2018 va voir des conditions de travail qui vont encore se dégrader Le département du Finistère se voit supprimer 24 postes d’enseignants dans le 1er degré. Certes, le nombre d’élèves scolarisés en primaire va baisser. Le maintien du nombre de postes était l’occasion d’améliorer les conditions d’encadrement et les moyens de remplacement. Mais non !

La rentrée 2018 se fera de nouveau dans un contexte de classes surchargées. On nous sert un discours qui met l’accent sur le suivi et la réussite de chaque élève et dans les faits on réduit tout ce qui permettrait la mise en place de ces intentions. Or, les premières victimes de ces classes surchargées sont les élèves en difficulté.

Par ailleurs, le déficit de remplaçants est déjà criant cette année. Sans moyens supplémentaires, la situation ne peut s’améliorer. Et quand un enseignant absent n’est pas remplacé, ce qui est fréquent aujourd’hui dans l’académie, ses élèves sont répartis dans les autres classes de l’école. Ayons l’honnêteté de dire que ce sont des journées d’enseignements de perdues pour les enfants qui se retrouvent alors en situation de garderie. Il est de la responsabilité de l’administration d’assurer le bon fonctionnement du service public d’éducation en faisant en sorte que chaque enfant bénéficie des heures d’enseignant qui lui sont dues ! Sans parler des moyens FLS, enfants du voyage, UPE2A, dyslexie qui eux ne bénéficient d’aucun coup de pouce.

Annoncé à grand renfort de publicité par le ministère, le dédoublement des CP dans les réseaux d’éducation prioritaire se fait… à moyens constants. Cette mesure coûtera sept postes au département, postes qui sont donc retirés aux autres écoles du département. Les autorités académiques s’étaient engagées à ce que le dispositif « Plus de maîtres que de classes » ne soit pas impacté : or, ce sont 6 postes qui ferment alors que cette mesure qui bénéficie à un grand nombre d’élèves a fait ses preuves sur le terrain.

Dans le 2nd degré, notre analyse est identique. Les DGH   arrivent et sont là aussi notoirement insuffisantes pour faire face aux besoins de dédoublement de ces classes toujours plus chargées. Les DGH   contiennent toujours trop d’heures supplémentaires. Ce n’est pas d’heures supplémentaires dont les collègues ont besoin, ces heures sup qui alourdissent les services, fatiguent les collègues et décrédibilisent notre maxima de service de 18h, ce sont des postes dont nous avons besoin dans les établissements pour alléger les classes, pouvoir les dédoubler, prendre en charge les élèves en difficultés scolaires ou comportementales. Quand aux psy-EN, ils croulent sous les rendez-vous avec des bilans psy de plus en plus nombreux et nécessaires pour les enfants en difficulté. Ce sont les conséquences de l’école inclusive sans moyens en personnels spécialisés ni possibilités de dédoublements pour cause de DGH   insuffisantes. Quid des appareillages MDPH-IA   que les familles et enfants attendent parfois 2 ou 3 ans
Des collègues psy-EN en arrivent dans certains collèges à dire que leur boulot est conditionné exclusivement par de dossiers « urgents » et subissent le fait de devoir hiérarchiser les dossiers à constituer-enfants à suivre. Des planning parfois pleins depuis le mois de novembre jusqu’en avril.

Les RASED se disloquent. Les demandes explosent, les prises en charge logiquement aussi, au détriment des temps de synthèse et de partenariat pourtant seuls constituants et garants d’un travail de qualité. 
La passation des bilans prenant tout le temps des psy EN, ils ne peuvent assurer leurs autres missions fondamentales notamment de prévention et de partenariat. Les situations dérapent. Les enfants restent en difficulté à l’école On démultiplie les risques qu’ils doivent un jour être orientés et nécessiter un bilan qui, à ce moment là, feront qu’ils sont prioritaires pour rencontrer le psy EN. Très ou trop tard. Bref, le serpent se mord la queue, c’est toute l’absurdité du système.

Le chantier, ou plutôt les chantiers du Lycée, nous alarment

Le bac réformé ne comportera plus que 4 épreuves terminales, ce qui l’oriente vers un diplôme « maison » dépendant de la réputation de l’établissement, cassant ainsi sa valeur nationale. Avec le contrôle continu, l’évaluation des élèves deviendra de plus en plus source de tension et il sera beaucoup plus difficile de la faire correspondre à des enjeux formatifs et pédagogiques.
Enfin, dès cette année, le bac ne sera plus suffisant pour accéder à l’université.
Face au pic démographique, il aurait fallu ouvrir des milliers de places dans l’enseignement supérieur ! Mais ça n’est pas le choix de ce gouvernement. Pour palier au manque de place, le ministère organise la pénurie pour instaurer la sélection : c’est le mauvais coup de ce gouvernement. Lycée modulaire + bac local + sélection : l’université comptera elle encore longtemps les 11 % d’enfants d’ouvriers/ères qui y étudient actuellement.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123