Cahier de texte numérique : pour un management soft ?

mardi 18 janvier 2011

L’Environnement Numérique de Travail possède un objectif général officiel, celui d’harmoniser et développer les nouvelles pratiques pédagogiques s’appuyant sur les TICE  , et de favoriser les échanges au sein de la « communauté éducative ».

Dans la plupart des cas aujourd’hui, il se limite à une partie vie scolaire, une partie cahier de texte et une partie messagerie, et il ne présente que des avantages aux yeux des modernistes utilisateurs des TICE   : information “en temps réel", échanges libres entre collègues et administration, rayonnement de l’innovation…

Un cahier de texte numérique obligatoire

Or une récente circulaire (2010-136 du 6 Septembre 2010) adressée aux diverses autorités du secondaire (Recteur, IA  , IPR, IEN  , directions d’établissement) annonce des directives précises à propos du cahier de texte numérique, qui dans leur ensemble planifient une réalité beaucoup moins rose pour notre métier.

Le cahier de texte numérique doit devenir obligatoire à partir de la rentrée 2011 et se substituera à l’ancien support papier. Il devra mentionner le contenu de chaque séance, tous les documents transmis aux élèves numérisés, les devoirs et exercices, et devra être à la disposition permanente des élèves, des parents d’élèves, des personnels de direction, des inspecteurs. Il devra aussi être consultable par les enseignants, le conseil pédagogique, le conseil de classe, le conseil d’enseignement au cours de l’année mais aussi de l’année suivante, suivant ainsi la redistribution en cours des pouvoirs hiérarchiques dans l’institution impulsée par la réforme libérale et concurrentielle actuelle. Enfin, il sera conservé 5 ans et toujours consultable pour être éventuellement versé aux archives de l’établissement par la direction si elle estime qu’il s’agit, selon ses critères, d’un enseignement original.

Les parents (ou ceux qui auront les moyens de consulter le net) auront donc accès à une information brute, non filtrée, pour alimenter une base de données sans aucune transparence et dont l’utilisation n’est pas contrôlée. Un stock d’informations considérable sur l’activité de chaque utilisateur, disponible pour tous les échelons hiérarchiques donne la possibilité d’une appropriation de travaux par la direction de l’établissement, et plus encore renforce la possibilité d’un contrôle permanent sur notre activité et celle des élèves.

Pour quels véritables objectifs ?

Face à la mutation qui se présente, la béatitude technologique, la tentation de l’affichage narcissique ou auto-promotionnel, la focalisation sur le caractère pratique au quotidien ne peuvent faire écran au renforcement de la porosité entre activité professionnelle et vie privée, à la dénaturation de la relation pédagogique dans une mise en relation individualisée entre l’enseignant prestataire de ressources et des usagers et consultants extérieurs aux contingences de l’exercice de notre métier.

En multipliant les occasions d’ingérence administrative, de pression hiérarchique et de tensions entre collègues et parents, cette nouvelle étape dans la mutation bureaucratique et techniciste de l’éducation nationale ne peut trahir les objectifs véritables poursuivis par le pouvoir : priorité managériale, productivité et contrôle permanent pour entrer dans le « meilleur des mondes ».

Anticipons sur le scénario pour en éviter les pièges !


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois