Français ou étrangers, tous les Finistèriens doivent pouvoir voter

vendredi 5 avril 2013

2,7 millions d’étrangers hors UE en situation légale vivent, travaillent et payent des impôts en France.
Leur donner le droit de voter aux élections locales, c’est rétablir l’égalité de droit entre tous ceux qui participent à la vie de la cité.
Leur donner le droit de voter, c’est favoriser leur intégration et la cohésion sociale.

Près de deux millions et demi d’étranger(e)s non européens et en
situation légale vivent et travaillent dans des communes où
elles/ils participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre
d’entre eux sont responsables d’associations, délégués de parents
d’élèves, délégués syndicaux...

La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique et il
n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui
résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. Il est
temps de franchir une nouvelle étape pour l’élargissement du
suffrage universel, la démocratie, la cohésion sociale et pour l’égalité
des droits.

Il ne faut pas faire du droit de vote des étrangers un épouvantail.
La faculté donnée à ceux qui travaillent et paient des impôts en
France de pouvoir voter est gage d’une meilleure intégration :
stigmatiser la non intégration des étrangers et leur refuser le droit
de vote est une attitude incohérente.

La majorité des pays européens a déjà adopté le droit de vote
pour les résidents étrangers et la France est de ce point de vue en
retard. Cette évolution de la citoyenneté étendue à la notion de
résidence a été déjà approuvée à quatre reprises par le suffrage
universel depuis 1981 puisqu’elle figurait clairement dans les
programmes des candidats élus.

Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans doivent
maintenant être tenues.

Le suffrage universel a été une longue
conquête dans l’histoire de la République.

Si, en 1793, lors de la Révolution, la première République en
adopta le principe, il fut réellement mis en oeuvre par la IIe
République, après la Révolution de 1848. Mais le suffrage resta
limité aux hommes jusqu’en 1944, lorsque fut enfin instauré, à
la Libération, le droit de vote pour les femmes. Il s’élargit aux jeunes
de 18 ans en 1974 et aux ressortissants de l’Union européenne
en 1992. Mais les ressortissants étrangers des pays non européens
en sont toujours exclus.

Voter ensemble, c’est vivre ensemble.

Participer à la communauté politique, en démocratie, c’est
reconnaître l’égalité entre tous ses membres, c’est leur reconnaître
leur diversité et leur liberté. C’est accepter les règles du vivre
ensemble sans lesquelles il n’y a pas de société démocratique.

*Organisations membres du Collectif Brestois Droit de vote 2014 :
Cimade, LDH, MRAP, France-Algérie, Ligue de l’Enseignement,
SUD/Solidaires, FSU, UNSA, UNEF, EE Les Verts, FASE, GA, MJS,
NPA, UDB, PCF, PG.

(Campagne de pétition, ditribution de tracts sur les marchés
 : si vous souhaitez rejoindre les actions du collectif, n’hésitez
pas à nous contacter)


Agenda

Array

<<

2024

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois