Intervention SOLIDAIRES – Manifestations du 15 octobre 2013

jeudi 17 octobre 2013

Chers ami-e-s, cher-e-s Camarades,

Nous sommes réunis une fois de plus pour dire au gouvernement notre refus de la contre réforme des retraites, et réaffirmer :
« Pas un trimestre de plus, pas un euros de moins ! »
Mais, tout d’abord, nous voulons dire haut et fort, notre solidarité totale avec les salarié-e-s de l’agroalimentaire de notre département qui mènent une lutte difficile pour l’emploi.
Nous saluons la convergence de leurs luttes. Hier, ce sont plusieurs centaines de salarié-e-s de l’agroalimentaire qui ont occupé l’aéroport avant de bloquer la Nationale 12 et le pont de Morlaix.

Ces derniers mois, des milliers d’emplois ont été supprimés : 1000 chez Doux, 900 chezGad, avec la fermeture de l’abattoir à Lampaul-Guimiliau.
400 emplois sont également menacés - CDI et intérimaires - chez Marine-Harvest, un groupe norvégien qui a réalisé un bénéfice de plus de 120 millions d’euros en 2012. Pourtant, la direction veut délocaliser les activités en Pologne pour augmenter les dividendes des actionnaires.

L’entreprise Tilly-Sabco menace , elle aussi, de réduire son personnel.
A chaque fois ce sont des salariéEs qui sont jetés à la rue, des familles sans solution d’avenir.
Le patronat est responsable de cette « hécatombe d’emplois », il veut faire payer sa crise aux salarié-e-s pour préserver ses profits insolents.
Les promesses du gouvernement de venir en aide à la filière agro-alimentaire et aux salariéEs licencié-e-s sont pour l’instant restées lettre morte.
Alors que les licenciements chez Doux remontent maintenant à plusieurs mois, seuls 50 salariés sur 1000 ont obtenu un reclassement.
Au total, ce sont 8000 emplois qui sont menacés en comptant les emplois indirects.
Aussi, la seule solution pour ne pas mourir à petit feu c’est la mobilisation unitaire des salarié-e-s de tous les sites concernés. Et c’est aussi la solidarité nécessaire de tous les travailleurs pour dire avec eux :
NON aux licenciements, NON aux fermetures ! Maintien de l’intégralité de leurs droits sociaux.

La lutte pour l’emploi et pour la défense des retraites, c’est le même combat !

Le financement des retraites nécessite d’assurer un vrai emploi à tous, d’augmenter l’ensemble des salaires du privé comme du public, d’en finir avec le gel du point d’indice et de revaloriser réellement le SMIC.

Nous refusons l’allongement de la durée de cotisation qui reculera la retraite à 66 ans pour les jeunes qui accèdent au premier emploi en moyenne à 23 ans. Nous refusons l’augmentation des cotisations qui ne vont concerner que les salariés et les retraités. Par un système de compensation, le patronat ne versera pas un euros de plus !

Nous exigeons le retrait pur et simple de cette contre réforme des retraites qui entérine toutes les réformes de droite précédentes, qu’il faut au contraire abroger.

Nous appelons à amplifier et faire converger toutes les luttes sociales, nous devons nous faire entendre plus fort encore, si non, la désespérance risquera de faire le jeu d’une extrême droite qui avance masquée.

La mobilisation d’aujourd’hui doit avoir rapidement de nouveaux prolongements, si nous voulons imposer des reculs au gouvernement et au patronat. C’est aussi la lutte sociale qui fera reculer les idées basées sur la peur, la xénophobie et l’exclusion.


Agenda

Array

<<

2024

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois